LE FIL

Pinot noir

La macération post-fermentaire affine ses tannins

Jeudi 12 février 2015 par Marion Bazireau La Vigne Vitisphere

Pinot noir : la macération post-fermentaire affine ses tannins

Après le quatrième jour de macération post-fermentaire, les tanins du pinot noir s’affinent. Les vins sont plus soyeux et moins rêches. Telles sont les conclusions d’un essai mené sur un premier cru et un grand cru de Bourgogne, réalisé en 2013, lors du stage de DNO au domaine Jacques Prieur (22 ha à Meursault) de Yoan Pitoiset. Celui-ci a étudié l’incidence de la macération post-fermentaire (MPOST) sur la structure et la perception tannique des vins de Pinot Noir.

Les essais ont porté sur une parcelle de « Clos Vougeot Grand Cru » et sur une parcelle de « Beaune Premier Cru », grêlée à 80%.

Une fois la fermentation alcoolique terminée, Yoan Pitoiset a prélevé du marc et du vin tous les jours, en vue de les analyser. En parallèle, il a organisé quatre dégustations : le jour de la fin de la fermentation, puis 2, 4 et 6 jours plus tard. Quinze personnes ont été mises à contribution : le personnel technique du domaine et des étudiants de DNO sélectionnés sur leurs aptitudes à déguster le Pinot Noir. Ce jury a noté le caractère tanique des vins sur une échelle de 0 à 4 (0= Rêche 1= Dur 2 =Fin 3= Soyeux 4= Fondu).

Les résultats montrent qu’un bond qualitatif s’opère pour les deux vins après quatre jours de macération post-fermentaire. Les tanins sont alors plus fins, plus soyeux et moins rêches.

Dans le cas du clos de vougeot, cet affinement concorde avec les analyses chimiques. Celles-ci révèlent une augmentation de la teneur en tanins pelliculaires, moins astringents et amers que ceux des pépins, durant la MPOST. En effet, entre 0 et 6 jours, le ratio tanins pépins / tanins pellicule diminue de 25%, passant de 1,8 à 1,2.

Les analyses montrent également que la concentration en tanins augmente fortement les quatre premiers jours puis se stabilise. A 6 jours, la moitié des tanins présents dans le marc sont extraits. 38% sont dosés dans le vin. Parallèlement, la teneur en anthocyanes dans le vin chute. Le vinificateur devra donc trouver le bon équilibre entre une perte de couleur, provoquée par la chute des anthocyanes, et une augmentation quantitative et qualitative des tanins du vin.

Dans l’expérience menée au Domaine Jacques Prieur, les deux lots ont été vinifiés selon le même schéma, dans des cuves en bois thermo régulées (50 et 30 hL). D’abord une macération pré-fermentaire à 12°C pendant 7 jours avec pigeage quotidien, suivie d’une fermentation alcoolique en flore indigène, accompagnée de deux pigeages par jour. Une macération post-fermentaire a ensuite eu lieu entre 24 et 26°C durant 6 jours, avec enfoncement régulier du chapeau.

 

Crédit photo : Gabriel Meffre

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé