LE FIL

Maladies du bois

Bayer estime le coût annuel à 2300 euros/ha

Vendredi 06 février 2015 par Christelle Stef - La Vigne Vitisphere

Maladies du bois : Bayer estime le coût annuel à 2300 euros/ha

Selon une enquête réalisée par la société Bayer auprès de 452 viticulteurs, le coût annuel des maladies du bois s’élève à 2300 € en moyenne par hectare.

Pour mieux appréhender l’impact de ce fléau, la firme a réalisé une enquête auprès de 452 viticulteurs en juillet 2012. Les résultats : pour les deux-tiers des viticulteurs interrogés, les maladies du bois sont un problème majeur.

Selon leurs déclarations, 39 % de leurs parcelles sont atteintes et au sein de ces parcelles 17 % des pieds sont touchés, soit un taux global d’expression de la maladie de 6,5 %. Mais il existe de fortes disparités selon les régions : le Sud-Est étant peu touché (3 %), les Charentes et le Val de Loire beaucoup plus (15 %).

Face aux dégâts, 55 % des viticulteurs interrogés pratiquent la complantation, 25 % ne font pas de remplacement et 14 % recèpent les pieds.

Ceux qui complantent, le font à raison de 200 ceps/ha/an. Ceux qui recèpent, appliquent ce traitement en moyenne 150 ceps/ha/an.

Par ailleurs, les viticulteurs enquêtés arrachent et replantent leurs parcelles au-delà de 26 % des pieds en moyenne sont morts.« Spontanément, les viticulteurs évaluent le coût des maladies du bois à 600 €/ha/an (500 à 900 €/ha/an), a indiqué Denis Caboulet de l’IFV. Mais souvent ils oublient d’inclure dans leurs calculs les pertes de récolte et la main-d’œuvre. Si on leur demande de prendre en compte tous les postes, ils évaluent alors coût moyen à 2300 €/ha/an. Toutefois ce chiffre est à prendre avec précaution, car seuls 28 % des viticulteurs ont donné des réponses sur cet aspect ».

Mais derrière ces chiffres se cachent de grandes différences selon la situation des viticulteurs. Et on comprend l’enjeu pour eux d’avoir des solutions à disposition.

Pour avoir des éléments plus précis sur l’impact économique des maladies du bois, l’IFV va mettre au point un outil de calcul. C’est ce qu’a annoncé Denis Caboulet lors de cette journée. Il permettra aux viticulteurs de raisonner leur stratégie de lutte et permettra à l’IFV d’avoir des données statistiques pour faire des estimations plus globales.

 

 

Crédit photo : Chritelle Stef

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé