LE FIL

Démarche Terra Vitis

Après le « savoir-faire », le « faire-savoir »

Lundi 26 janvier 2015 par Juliette Cassagnes

Démarche Terra Vitis : après le « savoir-faire », le « faire-savoir »

Une journée de présentation de la démarche Terra Vitis était organisée ce vendredi 23 janvier 2015, dans le Beaujolais, « berceau historique » de celle-ci, puisque née dans ce vignoble il y a 17 ans déjà. L’occasion de faire un état des lieux de son évolution : « Le nombre d’adhérents, malgré les mauvais chiffres de 2014 liés au départ de 55 viticulteurs d’une cave coopérative dans le Sud-Est, connaît une croissance régulière et solide », indique Jean-Henri Soumireu, chargé de mission sur ce dossier à la chambre d’agriculture du Rhône. Pour 2014, le nombre total atteint les 517, avec une répartition inégale selon les régions viticoles. Le plus fort des « effectifs » se situe dans le bassin Rhône-Méditerranée, avec 254 viticulteurs adhérents, suivi du Val de Loire (109), du Beaujolais (52) et du bordelais (42).

 

L’association connaît aussi, phénomène plus récent, une « expansion géographique », de par le nombre de vignobles touchés : « La Champagne nous a rejoint il y a deux ans, puis l’Alsace et le Jura en 2014 ; pour 2015, le Madiran fera probablement son entrée », poursuit le conseiller. Plus globalement, la démarche Terra Vitis représente 220 appellations de vins, pour une surface de 11.000 hectares de vigne, et aboutit à la mise sur le marché de 55 millions de bouteilles certifiées.

 

Après avoir longtemps travaillé sur l’aspect technique et la rédaction des cahiers des charges, l’association a désormais décidé de travailler sa communication. « Après le savoir-faire, le faire-savoir ! résume Jean-Henri SoumireuMaintenant que plus personne n’a de doutes sur le sérieux de la  démarche Terra Vitis, nous avons besoin de mieux la faire connaître, tant au niveau des professionnels que de l’aval de la filière : circuit CHR, des, négociants, des  importateurs».

 

Cette « seconde phase » a été démarrée en 2013. Elle s’est traduite par la création d’une nouvelle charte graphique avec nouveau logo, de supports de communication de vulgarisation, ou encore l’organisation de formations des viticulteurs adhérents - afin qu’ils puissent en parler « d’une même voix » et qu’ils aient « un discours adapté, pas trop technique » - et de stands communs lors des salons. Ce sera le cas aux prochains « Salon des vins de Loire », « Prowein » ou encore « Vinexpo ». « Le regroupement sur un même stand donne plus de visibilité à Terra vitis ».

 

L’objectif pour la Fédération nationale : « Poursuivre une croissance régulière du nombre d’adhérents, mais de façon raisonnable et durable », conclut le conseiller.

Crédit graphique: Terra Vitis

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé