LE FIL

Recherche viticole en Anjou

D'autant plus fondamentale qu'elle est en danger

Mardi 20 janvier 2015 par Alexandre Abellan

Recherche viticole en Anjou : d'autant plus fondamentale qu'elle est en danger

Comme annoncé en novembre dernier par Vitisphere, l'avenir de l'Unité Expérimentale Vigne et Vin d'Angers (UEVV) reste suspendu à la reconfiguration du pôle de recherche viticole en Anjou de l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA). Profitant de la venue éclair de Stéphane le Foll au Salon International des Productions Végétales d'Angers (SIVAL), le vigneron angevin, Claude Papin (château Pierre Bise), a interpellé le ministre de l'Agriculture sur le risque de fermeture à court terme de l’Unité vigne et vin de l’INRA d’Angers. « Il a montré son intérêt pour le dossier, mais on attend son soutien » résume le vigneron. 

En novembre, le ministère de l'Agriculture avait déjà montré (à l'occasion d'une question parlementaire) toute sa connaissance de la situation. Le gouvernement portait son soutien à l'INRA, qui « a la volonté de poursuivre les activités conduites par l'UEVV, dans le cadre du département Science pour l'Action et Développement et du centre INRA d'Angers ». Pour prendre la suite de l'UEVV**, le directeur du centre INRA de Nantes, Henri Seegers, évoque plus précisément la possible création d'une Unité Sous Contrat (USC), sous la direction de l'Ecole Supérieure d'Agronomie d'Angers (et son Unité de Recherche Grappe) et en partenariat avec l'Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV). Une solution qui n'est « acceptable que si l'INRA met en face le personnel nécessaire à l'expertise » tranche Claude Papin. Déçu que l'UEVV n'ait pas intégré une Unité Mixte de Recherche de Rennes, il appelle à la mobilisation de tous : « il est temps de réagir pour trouver une solution ! »

En effet, c'est en mars prochain qu'interviendra le départ à la retraite du directeur de l'UEVV, Gérard Barbeau.  "L’unité verra alors son effectif réduit à 5 agents [contre 15 en 2002], sans ingénieur de recherche, marquant ainsi la fin de l’activité de recherche publique au sein du vignoble ligérien » alarment dans l'Association Régionale de la Filière Vin des Pays de la Loire (ARFV), la Confédération des Vignerons du Val de Loire (CVVL) et l'Interprofession des Vins de Loire (InterLoire). S'étant fait une spécialité des études reliant les terroirs viticoles à la typicité des vins*, l'UEVV étudie également les effets du changement climatique sur le vignoble et leurs besoins d'adaptation. Des sujets d'avenir qui font dire à Claude Papin qu'« à terme, il n'y a pas de vignoble sans recherche fondamentale. Le développement des vins Loire en dépend. »

 

 

 

* : L'UEVV a vulgarisé le concept de terroir dans les années 1990, notamment en organisant le colloque international sur les terroirs viticoles” en juillet 1996.

 

 

** : L'UEVV gérant le domaine expérimental de Montreuil-Bellay, il est à noter que son exploitation serait transféré au Lycée Viticole Edgard Pisani et à l'Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV).

 

 

[Photo : travaux de l'UVV Angers (INRA)]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé