LE FIL

Vignoble du Languedoc

"on ne peut plus accepter de laisser les cours d’eau sans entretien"

Lundi 29 décembre 2014 par Michèle Trévoux (La Vigne - VItisphere)

Vignoble du Languedoc :

 Mardi 23 décembre, le Syndicat des vignerons de l'Aude a organisé le curage d’un cours d’eau, au mépris de la loi. Dans la matinée, des bénévoles étaient venus nettoyer les vignes ravagées par les inondations, en signe de solidarité. « Nous ne pouvons plus accepter que pour protéger des grenouilles, des crapauds ou des pâquerettes, on mette en danger la vie des populations et l’activité économique de notre territoire, argumente Frédéric Rouanet, le président du syndicat des vignerons audois. Cette année, nous avons eu deux fois moins d’eau qu’en 1999 et ces intempéries ont fait deux fois plus de dégâts, car les cours d’eau ne sont plus entretenus. Nous réclamons le droit de nettoyer fossés et cours d’eau pour éviter de telles catastrophes. » C’est au titre de cette revendication que le syndicat des vignerons de l’Aude s’est mobilisé mardi 23 décembre pour une action coup de poing contre l’interdiction faite à la profession d’entretenir les cours d’eau.

Défiant la loi, le syndicat, soutenu par la FRSEA, les JAA, Coop de France, les fédérations de chasse et de nombreux maires, a fait intervenir trois tractopelles à chenille à Durban-Corbières. Sous les yeux de près de 500 vignerons, chasseurs, maires, etc. venus assurer leur soutien à cette opération, les trois engins ont nettoyé les bords du Barrou, un cours d’eau qui, en sortant de son lit, a provoqué de lourds dégâts fin novembre. Denis Carretier, président de la chambre régionale d’agriculture, a annoncé que deux autres opérations similaires seront organisées en début d’année, à Mauguio et à Bédarieux, dans l’Hérault, ainsi qu’une dans le Gard. « C’est grave de s’opposer à une administration, a-t-il précisé, mais quand on voit les dégâts provoqués par ces crues, on ne peut plus accepter de laisser les cours d’eau sans entretien. Nous défendons nos territoires, notre tourisme, nos lieux d’habitation et nos vies.»

Plus tôt, au petit matin, 700 bénévoles environ s’étaient mobilisés en réponse à un appel lancé par le syndicat des vignerons de l’Aude et relayé par la FRSEA et les JA. Pendant quatre heures, ils se sont retroussé les manches pour nettoyer des parcelles et redresser les palissages dévastés par les inondations du 29 et 30 novembre dernier.  Répartis en trois équipes sur les communes de Portel-des-Corbières et Sigean, ces bénévoles, viticulteurs, rugbymen ou autres, ont remis d’aplomb plusieurs dizaines d’hectares, sans pour autant terminer le travail. « Les dégâts sont tels qu’il y a encore un travail énorme. Les tuyaux d’irrigation au goutte-à-goutte de certaines vignes très endommagées ont été arrachés. Certaines parcelles couvertes de gravier sont irrécupérables », témoigne un groupe de vignerons coopérateurs de la cave d’Abeilhan (Hérault).

« C’est une première opération menée localement. Nous allons poursuivre avec une action de solidarité nationale pour venir à bout de cet énorme chantier », confirme Frédéric Rouanet, le président du syndicat des vignerons audois.

 

[Photo : FNSEA]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé