LE FIL

Vins du val de Loire

Interloire veut rassembler AOP et IGP

Lundi 22 décembre 2014 par Patrick Touchais (La Vigne-Vitisphere)

Vins du val de Loire : Interloire veut rassembler AOP et IGP

Interoire, l’interprofession des vins du Val de Loire espère fédérer tous les Organismes de Défense et de Gestion (ODG) ligériens autour d’elle, y compris celui de l’Indication Géographique Protégée Val de Loire. Pour cela, elle propose une adhésion à deux niveaux. Rassembler. C’est le maître mot de la dernière assemblée générale d’Interloire. Pour le vigneron Gérard Vinet, son président, l’objectif de l’année 2015 est de fédérer « l’ensemble des vins d’appellations, et même des vins IGP du Val de Loire ». Pour cela, l’interprofession va faire évoluer son fonctionnement, en proposant à tous les ODG d’adhérer à un socle commun, puis à des niveaux supérieurs qu’il reste à définir.

Le premier niveau s’articule autour de plusieurs axes : le suivi de l’économie de la filière et des entreprises, la recherche et l’expérimentation, la représentation de la Loire viticole auprès de toutes les instances régionales et nationales, la défense des AOC, la défense du vin via Vin & Société, et la promotion commune des vins de Loire. « On se donne l’année 2015 pour ramener tout le monde. Il reste des choses à formaliser » souligne Gérard Vinet. Pour rassembler le plus largement possible, le président et son directeur Benoit Stenne, ont battu la campagne pour rencontrer les responsables des appellations du Val de Loire qui n’ont jamais adhéré à une interprofession (Valençay, Cheverny, Haut-Poitou…) et celles qui ont quitté le navire (Bourgueil, Montlouis et les Fiefs Vendéens).

Dans un second temps, il s’agira de bâtir le niveau supérieur en fonction du souhait des différentes appellations. « Ce travail devrait être présenté d’ici 18 mois » précise Benoit Stenne. « Une interprofession, ce n’est pas que de la communication » insiste le vice-président, Bernard Jacob (Ackerman). Rejoint en ce point par l’invité de l’assemblée générale, Jean-Marie Barillère (Moët et Chandon), président du Comité National des Interprofessions des Vins à Appellation d'Origine (CNIV). En bon Champenois, il sait que l’interprofession est également chargée de l’équilibre des marchés. Il a évoqué la nécessité pour les vins de Loire – comme pour les autres AOC françaises – de mettre en place des outils de réserve. Objectif : gérer les volumes, pour gérer les marchés et les prix.

Lors de l’assemblée générale, le budget 2015 de 7,7 millions d'euros a été voté à l’unanimité par le négoce et la viticulture. Il est calculé sur la base 1,827 million d’hectolitres et d’une cotisation qui se maintient à hauteur de 4,21 €/hl.

 

 

[Photo : de gauche à droite Jean-Marie Barillère, Gérard Vinet et Bernard Jacob ; Interloire]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé