LE FIL

Un an après le drame, le château de la Rivière aspire à un millésime charnière

Lundi 22 décembre 2014 par Alexandre Abellan

Un an après le drame, le château de la Rivière aspire à un millésime charnière

Il y a un an se nouait au dessus de la Dordogne un drame dont l'ampleur dramatique a dépassé le simple accident d'hélicoptère. Pour sceller la vente de son domaine, le château de la Rivière (65 hectares à Fronsac), le négociant James Grégoire (Vintex) proposait un vol au dessus des vignes à son acheteur, Lam Kok (groupe Brilliant), ainsi qu'à son jeune fils et Wang Peng (responsable des relations franco-chinoises du groupe Brilliant). Ayant coûté la vie au pilote et à ses passagers, cet accident a marqué l'ensemble du vignoble français, mais n'a pas entamé la détermination des équipes du domaine. « On arrive à une semaine délicate, celle des "un an", qui rappelle des souvenirs compliqués à gérer pour tout le personnel. Une fois cette période charnière passée, 2015 sera réellement un nouveau départ : nous sommes pleins d'espoir » rapporte Xavier Buffo, qui est devenu le directeur général du château le matin même de l'accident (après en avoir été le directeur technique pendant 17 ans).

Se retournant sur l'année écoulée, l'ingénieur agronome ne cache pas que l'obligation de « faire tourner la boutique » a permis de revenir au quotidien. Et de s'attaquer à un nouveau millésime. Après une année viticole délicate (le château de la Rivière a enregistré un rendement de 20 hectolitres/hectare en 2013), le lancement des vendanges à la mi-octobre 2014 a récompensé la pugnacité des équipes techniques (dirigées depuis janvier par la jeune ingénieur agronome Manon Deville). « Avec un rendement de 40 hl/ha, nous allons produire deux tiers de premiers vins en 2014, contre un quart en 2013 » note Xavier Buffo, qui souligne le maintien de la dynamique d'investissements techniques (près de 400 000 euros en matériel), mais aussi commerciaux. « Pour Madame Lau [la veuve de Lam Kok], il est important d'améliorer toujours plus la qualité des vins, et de travailler l'image du vin. Elle a été encouragée par les ventes de 2014 : on n'a jamais autant vendu ! On a senti un vrai soutien de la grande distribution en France. L'export a été plus complexe. »

A noter que le projet oenotouristique d'un hôtel de standing (le groupe Brilliant étant spécialisé dans le tourisme haut de gamme) est actuellement suspendu.

 

 

 

[Photos : Equipes du château de la Rivière (lors des vendanges 2014) et Xavier Buffo devant le château et la Dordogne ; DR]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé