LE FIL

Vins de Bordeaux

« la récolte 2013 aura impacté 2014, elle impactera encore 2015 »

Mardi 16 décembre 2014 par Alexandre Abellan

Vins de Bordeaux : « la récolte 2013 aura impacté 2014, elle impactera encore 2015 »

Le service économique du Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux l'avait prédit, les chiffres de la campagne 2013-2014 ne l'ont pas démenti : les sorties de chais sont en net repli (5,15 millions d'hectolitres de vins sur la campagne, -7 % par rapport à la campagne précédente). La faute à la très petite récolte 2013 (3,84 millions hl, -27 % par rapport à 2012). Comptant pour 46 % des sorties, le vrac accuse logiquement un plus fort repli que la bouteille (respectivement -11 et -5 %), les vins conditionnés réagissant moins vivement aux variations de production. Les effets de ces vendanges historiquement ne sont donc pas derrière les opérateurs bordelais. Président du CIVB, le vigneron Bernard Farges prévenait que « la récolte 2013 aura impacté 2014, elle impactera encore 2015 ».

Sur l'année 2014, le vignoble bordelais aurait commercialisé 4,9 millions hl, et le CIVB prévoit des ventes avoisinant 5,1 millions hl en 2015. Oscillant entre 5,2 et 5,3 millions hl produits, le millésime 2014 aura été plus faible qu'escompté (se trouvant dans la moyenne basse), il ne permettra ni de répondre aux marchés, ni de reconstituer les stocks (au plus bas depuis l'an 2000*). « Des ventes en grande distribution en chute [1,38 millions hl, -4 %], des exportations elles aussi en baisse [2,17 millions hl, -8 %] », Bernard Farges ne dépeignait décidément pas une situation porteuse ce 15 décembre, lors de l'assemblée générale du CIVB. Mais il n'en restait pas moins combattif, misant sur la nouvelle campagne de communication lancée par le CIVB pour inverser la tendance dès la seconde moitié 2015.

Mais comme le remarquait avec justesse Claire Laval (Confédération Paysanne), les vins blancs affichent quant à eux de bons résultats, en doux comme en sec. Sur la dernière campagne, les sorties de propriétés des vins blancs secs affichent une croissance de 5 %, celle des vins blancs doux atteind 4 % (à respectivement 481 766 et 87 795 hl). Si toutes les AOC n'affichent pas de hausse (-1 % pour Sauternes, -2 % en Entre-deux-Mers...), la tendance générale est positive par rapport aux autres catégories (-13 % pour les Bordeaux rouges, -8 % pour le groupe des Côtes, -5 % pour le Libournais...). Pour Jean-Philippe Code (services économiques du CIVB), ces performances sont dues à « un contexte de récolte plus favorable (les volumes produits se sont maintenus), permettant aux blancs de Bordeaux de profiter d'un effet Loire (la production ligérienne étant en repli) et de se développer sur tous les marchés (notamment européens). Ce dynamisme ne s'est pa retrouvé sur les rouges, marqués par le recul de la Chine... »

 

 

* : Les stocks de vins girondins sont historiquement bas au vignoble, au 31 juillet 2014 ils s'élevaient à 6,6 millions hl à la production (-18 % par rapport au 31 juillet 2013), contre 2,8 millions hl au négoce (stable).

 


 

[Illustration : Campagne "il y a tant à découvrir" des Vins de Bordeaux, CIVB]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé