LE FIL
LE FIL DES ACTUALITÉS
Fermer
Fermer

Maladies de la vigne

Trois prédateurs sous haute surveillance

Lundi 15 décembre 2014 par Christelle Stef - La Vigne Vitisphere

Maladies de la vigne : trois prédateurs sous haute surveillance

Les secondes assises des vins du Sud-Ouest, à Toulouse le 11 décembre, ont fait le point sur l’arrivée de la bactérie responsable de la maladie de Pierce en Italie, la présence de Drosophila suzukii en France et de cas de verticilliose à Sancerre.

 

MALADIE DE PIERCE

 

La bactérie Xylella fastidiosa est responsable de la maladie de Pierce. Elle provoque, en Amérique du Nord, la mort des ceps. Comme aucun moyen de lutte n’est efficace, elle est sous haute surveillance. En France, Xylella fastidiosa a été détectée en 2012 sur des plants de café provenant du continent américain. Mais ces plants avaient été mis en serre dans un centre de recherche et ont tout de suite été détruits.

 

En revanche, fin 2013, la bactérie a été détectée dans les Pouilles, au sud de l’Italie. Elle a attaqué 8 000 ha d’oliviers en 2013 et 30 000 ha en 2014. Mais, comme l’a souligné Charles Manceau (directeur de la santé végétale à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), elle n’a pas infecté les vignes à proximité. En effet, la sous-espèce qui attaque les vignes (subsp  fastidiosa) n’est pas présente en Italie (c’est la sous-espèce Xylella fastidiosa subsp pauca qui y sévit). Les autorités françaises restent néanmoins vigilantes.

 

DROSOPHILE SUZUKII

 

De son côté, Jacques Grosman, l’expert vigne à la DGAL, a fait un point sur Drosophila suzukii, dont la présence est avérée dans les vignobles français. « Mais son lien avec les fortes attaques de pourriture acide observées cette année reste à prouver », indique-t-il.

 

Pour illustrer son propos, Jacques Grosman a présenté les résultats de l’enquête effectuée par le SRAL Aquitaine. Les 144 retours montrent que la pourriture acide a été signalée de manière équivalente sur les blancs et les rouges. Le SRAL a effectué des prélèvements de dix grappes dans les parcelles touchées. Dans les blancs, 2,2 % des grappes contenaient des D. suzukii contre 14 % dans les rouges. Mais D. suzukii reste minoritaire puisqu’il n’y en avait en moyenne que 1,8 par grappe contre 59 par grappe pour les autres drosophiles. Affaire à suivre.

 

VERTICILLIOSE À SANCERRE

 

Philippe Larignon, de l’IFV, a indiqué que la verticilliose a été observée cette année dans le vignoble sancerrois. Cette maladie de dépérissement des jeunes vignes est provoquée par le champignon Verticillium longisporum.

 

Les symptômes se présentent sous deux formes : une forme sévère, caractérisée par une apoplexie des rameaux qui perdent leurs feuilles et leurs grappes, et une forme lente, qui se traduit par la présence de taches nécrotiques délimitées par un liseré sur les feuilles.

 

Elle avait été observée pour la première fois en France en 2008 dans trois parcelles du vignoble de Chablis. Dans la parcelle de Sancerre concernée cette année, 30 à 40 % des pieds présentaient des symptômes. Ces cas seraient liés à la plantation de vignes dans des terres qui accueillaient auparavant d’autres cultures, notamment des céréales. Ils restent anecdotiques.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé