LE FIL

Sauternes et Barsac

Le terroir menacé par la LGV Bordeaux/Toulouse

Vendredi 05 décembre 2014 par Colette Goinère La Vigne-Vitisphere

Sauternes et Barsac : le terroir menacé par la LGV Bordeaux/Toulouse

Xavier Planty ne va pas par quatre chemins : « Nous demandons l’annulation de ce projet qui n’a aucun sens et qui serait désastreux au plan socio-économique et écologique » explique le président de l'ODG Sauternes-Barsac. Ni plus ni moins. Ce 5 décembre, dans la salle des fêtes de Sauternes, le président de l’ODG de Sauternes, développe ses arguments devant les médias. En cause ? Le projet de ligne à grande vitesse(LGV), Bordeaux/Toulouse, attendu pour 2027, qui viendrait menacer les appellations historiques que sont les Sauternes et Barsac.

Aucun pied de vigne dans ces appellations ne sera arraché, la future ligne ne passant pas sur ces territoires. Pour autant, il ya péril en la demeure pour les Sauternes et Barsac. La LGV viendrait mettre en danger ces AOC car elle porterait atteinte à leur climatologie, à travers ce qui est leur berceau écologique : la vallée du Ciron, classée Natura 2000. Carte à l’appui, Xavier Planty s’est lancé dans un cours de géographie et de météorologie, expliquant avec forces détails, que les AOC de Sauternes et Barsac sont dépendantes totalement de l’éco-système de la vallée du Ciron qui conditionne leur micro climat. « Nos vins ont une particularité. Ils ne peuvent être produits sans le champignon microscopique qu’est le Botrytis Cinerea, un champignon qui se développe sous l’action du brouillard et de l’humidité le matin et du soleil l’après midi. Ces brouillards sont directement liés à la vallée du Ciron. Les eaux de cette rivière sont plus froides que celles de la Garonne. Certes nous avons un terroir mais pas seulement car il est en lien avec le micro climat. Sans l’alternance d’humidité et de soleil, il ne peut y avoir de pourriture noble" martèle Xavier Planty qui prend soin de rappeler que dans le cahier des charges de l’ODG, il est clairement établi le lien entre la rivière Ciron et le terroir. Le hic : le tracé de la LGV viendrait impacter fortement la vallée du Ciron : le tracé de l’ouvrage coupe la rivière Ciron en trois endroits, et 30 de ses affluents, il traverse son bassin versant sur plus de 100km, impacte 40 zones humides ainsi que les nappes d’eaux sous terraines.

L’enquête publique devrait se terminer dans les prochaines semaines. Un rapport de synthèse sera remis au conseil d ‘Etat qui donnera un avis au gouvernement. En attendant Xavier Planty à la tête des 170 viticulteurs du sauternais et l’union des grands vins liquoreux de Bordeaux qui réunit onze AOC, entend bien ferrailler contre le projet. Un cabinet d’avocat va être choisi sous peu  pour notamment étudier la possibilité de porter le dossier devant la cour de justice européenne. Reste un dossier qui a besoin de se muscler : aucune étude scientifique n’est venue démontrer le lien entre le micro-climat, la vallée du Ciron et les Sauternes. «  Nous avons des siècles d’observations, et il y a de fortes présupposées, même si scientifiquement rien n’est prouvé"  rétorque Xavier Planty.

Ce 5 décembre, dans la vaste salle des fêtes, les opposants au tracé semblaient bien seuls. Il leur faudra là faire gonfler le nombre d’adhérents à leur cause. Le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux, CIVB, pour le moment n’a fait part d’aucune communication officielle.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé