LE FIL

Languedoc-Roussillon

Un climat 2014 désastreux pour les pépiniéristes

Vendredi 05 décembre 2014 par Juliette Cassagnes La Vigne - Vitisphere

Languedoc-Roussillon : un climat 2014 désastreux pour les pépiniéristes

« Depuis le mois de juin, nous avons enchaîné les intempéries dans le Gard, l'Hérault et une partie de l'Aude, avec de la grêle, des inondations et de la pluie tout le temps, témoigne, désolé, Eric Bourguet, président du syndicat régional des pépiniéristes du Languedoc-Roussillon. On n'avait encore jamais connu pareils problèmes climatiques, même à la génération de nos parents ! ».

 

Ces intempéries se sont traduites concrètement dans la région par plusieurs épisodes de grêle en juin et juillet et par des précipitations « toutes les semaines depuis juin », allant parfois jusqu'à l'inondation de certaines pépinières. Résultat des courses : des plastiques, des plants de vigne et des parcelles de vignes-mères recouverts de boue, ou encore dévastés par la grêle. Pour les plus « épargnés », l'humidité permanente depuis cinq mois a entraîné des problèmes de reprise des plants et de maturité des bois : « Les résultats sont aléatoires, indique le pépiniériste ; le taux de reprise des plants est d'environ 50% cette année, contre 60 à 70% d'habitude. Mais pour certains, cela peut aller beaucoup plus bas ! ». A la Redorte, la pépinière Rey a par exemple un taux de reprise compris entre 10 et 20% ; 800.000 plants ont par ailleurs été détruits par la grêle. Sur une douzaine d'acteurs présents dans la région, environ la moitié a été « très touchée », estime Eric Bourguet. « Le climat est un vrai désastre cette année », conclut-il.

 

Les pépiniéristes de la région ont d'ores-et-déjà prévenu les services de FranceAgriMer que la demande en plants, accentuée par les plans de restructuration, ne pourra pas être pourvue en totalité pour la prochaine saison. Ce sera le cas pour les cépages aptes à la production de rosé : Grenache, Cinsault et Carignan. La priorité devraient être donnée aux plans collectifs et notamment à ceux qui ont procédé à une demande « d'avance anticipée » pour des plantations prévues pour la campagne 2014-2015.

 

Les dégâts sur les vignes-mères de porte-greffes et de greffons laissent par ailleurs présager un « manque de matière première » pour la production de plants l'an prochain. Des questions demeurent également sur la qualité de l'aoûtement, liée à l'humidité « permanente » : la lignification des bois a été « mauvaise ».

 

Pour voir en détail les dégâts de grêle et des inondations, c'est par ici.



 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé