LE FIL

Cognac

Tours de passe-passe et vignes pisse-vin de nouveau en procès

Mercredi 03 décembre 2014 par Alexandre Abellan

Cognac : tours de passe-passe et vignes pisse-vin de nouveau en procès

Cinq ans après, le ban des vendanges 2009 n'est toujours pas fermé dans le vignoble charentais. Ce 27 novembre, 17 viticulteurs de Charente et de Charente-Maritime étaient appelés à comparaître pour avoir déposé de fausses déclarations de récolte. La DGCCRF leur reproche d'avoir affecté leurs excédents de vins d'appellation (vin de base pour les cognacs ou pineaux des Charentes...) à des parcelles de Vins Sans Indication Géographique (VSIG), au lieu de les envoyer à la distillation industrielle. A leurs côtés, c'était le système de vigne éponge qui était à la barre du tribunal correctionnel de Saintes (Charente-Maritime), rapporte le journaliste Stéphane Durand (Sud-Ouest). Plaidant la bonne foi, les vignerons incriminés ont mis en avant la confusion créée par le système de déclaration instaurée par la nouvelle Organisation Commune du marché Viti-vinicole.

Pour maître Philippe-Henri Lafont, bâtonnier de Saintes et avocat d'un des viticulteurs poursuivi, la réglementation « était plus que floue, elle était inexistante au moins en 2009. On reproche à mon client d'avoir déclaré des chiffres fantaisistes pour ses vignes à autre débouché. Mais quand on change un système et que l'on veut le faire appliquer, on prend le temps de l'expliquer. » Estimant que ce procès est tenu pour l'exemple (« la veuve d'un déclarant est même poursuivie... »), l'avocat a plaidé la relaxe : « une réponse de principe ». Cette ligne de défense avait déjà été adoptée par d'autres viticulteurs charentais, qui ont cependant été condamnés, comme le rapportait La Vigne en mars 2013. Bertrand Collard soulignait notamment les « rendements délirants » déclarés, qui allaient jusqu'à 1 200 hectolitres/hectares. Le procès en cours à Saintes semble presque raisonnable en comparaison, la plus productive des parcelles incriminées s'étant arrêtée à 747 hl/ha. Le jugement est attendu pour le 8 janvier 2015.

Née dans la réglementation européenne en 2008 (avec l'OCM vin), la catégorie française des Vins Sans Indication Géographique s'est matérialisée au millésime 2009, enterrant les vins de table et répandant involontairement un cépage d'un genre nouveau dans le vignoble de Cognac : la vigne éponge. A priori semblable aux ceps précédemment affectées à la production de vin de table, ce type de vigne a pu présenter des rendements faisant exploser les limites et l'entendement agronomiques. Face à ce débordement des volumes (et à la dérégulation des cours du vrac), les représentants de la filière vin ont mobilisé les services de la répression des fraudes. D'après leurs enquêtes (non exhaustives), la prouesse agronomique s'est finalement révélée être un bien banal tour de passe-passe lors de la déclaration de récolte.

 

 

 

[Photo : Patricia Inta (Vinifhlor)]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé