Accueil / Commerce/Gestion / Bruxelles plutôt optimiste dans ses prévisions

Horizon 2015
Bruxelles plutôt optimiste dans ses prévisions

Par Ingrid Proust, Ligérienne de presse Le 07 décembre 2009
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Bruxelles plutôt optimiste dans ses prévisions
D
ans ses projections du secteur viticole européen à l’horizon 2015/2016, la Commission européenne prévoit une consommation stable, des exportations qui poursuivent leur tendance à la hausse et un excédent de production “relativement modeste”.

Quelle sera l’évolution du secteur vin européen d’ici cinq à six ans, après la mise en œuvre de la réforme en profondeur de l’Ocm vin et la crise économique mondiale ? La direction générale de l’agriculture et du développement rural de la Commission européenne a publié cet été ses perspectives pour le secteur à l’horizon 2015/2016. Un tableau basé sur des hypothèses jugées les plus plausibles au moment où les projections ont été effectuées et dans un contexte rendu incertain par la crise.

En 2015/2016, Bruxelles ne prévoit pas de forte surproduction et table sur un excédent de production après distillation d’environ 7,4 million d’hl. Un surplus “relativement modeste” indique la Commission : dans les années 2000 à 2003, l’excédent moyen avant distillation était de 23 millions d’hl et avait même atteint 27 millions d’hl après l’abondante récolte de 2004 ! Ce faible surplus prévu s’explique par diverses raisons.
En 2015/2016, Bruxelles ne prévoit pas de forte surproduction et table sur un excédent de production après distillation d’environ 7,4 million d’hl... Un surplus “relativement modeste” indique la Commission (© Viti-net)

En premier lieu, Bruxelles table sur une consommation stable à moyen terme. Si en Espagne, France, Italie, Portugal, la consommation est en baisse ces dernières années et devrait le rester, ce n’est pas le cas en Allemagne, Belgique, Irlande, Scandinavie, Pays-bas et Royaume-Uni. Dans ces pays, de 1995/1996 à 2007/2008, la consommation de vin a augmenté de 0,4 litre par an, passant de 17,4 à 22,7 litres par habitant (+2,2 % par an), indique la Direction européenne de l’agriculture. “La consommation totale resterait relativement stable par rapport à 2007/2008 parce que la baisse de la consommation par tête dans les États de l’Union avant 2004 serait compensée par la hausse de sa population ainsi que par la hausse de la consommation totale dans les nouveaux États membres entrés en 2004 et 2007”. La consommation moyenne par habitant est estimée à 26,7 litres en 2015/2016.

Exportations : un rôle accru dans l’équilibre du marché

Les exportations devraient quant à elles selon Bruxelles continuer leur progression par rapport aux dernières années et s’élever en 2015/2016 à 20,4 millions d’hl, contre 12,5 millions d’hl par an sur la période 2000/2003. “Les exportations devraient jouer un rôle important dans l'équilibre du marché”, souligne le rapport, qui précise que les projections en la matière ont été prudentes. “Il n'est pas exclu qu'elles puissent jouer un rôle plus important qu'anticipé ici. Cela est d'autant plus vrai qu'elles devraient être dynamisées par la réforme de 2008 (renforcement des actions de promotion)”.

La Commission européenne estime que les importations de l’Union européenne s’élèveront autour de 16,5 millions d’hl en 2015/2016. Dans la première moitié des années 2000, le volume moyen annuel des importations communautaires de vins était de 9 millions d’hl. Autres raisons pouvant expliquer l’optimisme de Bruxelles quant à l’équilibre du marché en 2015/2016 : la diminution de la superficie du vignoble européen et de la production. La superficie récoltée est projetée à 3,37 millions d’ha en 2015/2016 et la production à 170,4 millions d’hl, contre 173 millions d’hl estimés cette année.

La Commission européenne table sur le succès de la campagne d’arrachage engagée dans le cadre de l’OCM. Le maximum prévu, 175 000 ha, seront arrachés. Bruxelles a évalué la répartition des arrachages par pays au prorata des demandes acceptées pour la campagne 2008/2009. L’Espagne en concentrera la plus grande partie : 61 %, loin devant l’Italie, 16 %, et la France, 14 %.


Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé