Accueil / Commerce/Gestion / « Plutôt des prix rémunérateurs qu’un plan » (JA - William Villeneuve)

Après le discours de Nicolas Sarkozy à Poligny
« Plutôt des prix rémunérateurs qu’un plan » (JA - William Villeneuve)

Par Frédéric Hénin Le 27 octobre 2009
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
 « Plutôt des prix rémunérateurs qu’un plan » (JA - William Villeneuve)
Q
uelques réactions de William Villeneuve au discours « Un avenir pour notre agriculture » de Nicolas Sarkozy, ce mardi 27 octobre à Poligny


William Villeneuve (© Terre-net Média) Pas de sentiment de surprise du coté des Ja dans les propos du président de la République ce 27 octobre à Poligny (Jura). Les mesures du plan d’urgence étaient déjà en partie connues. Le président de la République en a défini les contours.

De toutes façons, « nous préférerons toujours des prix rémunérateurs à un plan, quelques soient les mesures qu’il contient ». C’est en ces termes que William Villeneuve analyse les mesures d’urgence du plan de Nicolas Sarkozy.

Toutes les informations sur le déplacement de Nicolas Sarkozy à Poligny (Jura) en cliquant ici

Le président des JA tient à ce que le projet de loi de modernisation agricole reprenne les sujets auxquels le syndicat apporte une importance particulière à savoir la gestion du foncier, la mise en place d’une contractualisation équilibrée et l’instauration d’instruments de régulation des marchés. « Il est important de donner des signes positifs aux JA pour qu’ils s’installent », assure t-il.

Jérome Voll, secrétaire général de JA et producteur de fruits, souligne que les nouvelles exonérations de charges patronales n’apportent aucune solution aux problèmes de distorsions

Vraiment, le compte n’y est pas
La perte de 40 % de revenu annoncée en deux ans équivaut à 6 milliards d’euros en moins pour la Ferme France. Dans ces conditions, les 650 millions d’euros du plan d’urgence, taxe carbone inclue, ne représentent que 10 % du manque à gagner. Et ce sans garantie que la situation sur les prix se redressera.

de concurrence entre les pays européens. Outre sociales elles reposent aussi sur des différences de réglementations sanitaires, environnementales et sur les critères de qualité retenus.

L’instauration d’une Tva sociale agricole mérite d’être étudiée afin de savoir si elle constitue un moyen pour réduire efficacement les distorsions avec les pays voisins.


Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé