Accueil / Politique / « Vin et société » veut plus de moyens pour agir

Alcool et santé
« Vin et société » veut plus de moyens pour agir

Par Ingrid Proust, Ligérienne de presse Le 01 octobre 2009
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
« Vin et société » veut plus de moyens pour agir
S
ur la lancée des victoires obtenues depuis le début de l’année, la présidente de l’association Vin et Société, Marie-Christine Tarby, souhaite une augmentation significative du budget pour permettre à Vin et Société d’être une véritable “force de proposition”.


Marie-Christine Tarby, présidente de l'association Vin et Société, voudrait plus de moyens financiers pour "agir" (© Bernuy) “Vin et Société a donné satisfaction à la filière avec le vote de la loi Hpst (maintien des dégustations gratuites, Internet, non remise en cause du principe de modération). La mobilisation a été très bien organisée et coordonnée au niveau national et dans les régions. Mais on a beaucoup tremblé et on ne peut pas continuer à agir en permanence en réaction à des attaques ou des mesures gouvernementales.” (►voir article déjà paru: Alcool et cancer - Le Haut Conseil de la Santé publique réfute les affirmations de l’Inca). La présidente de Vin et Société Marie-Christine Tarby demande aux financeurs de Vin et Société, l’Anivit et les interprofessions, regroupées dans le Cniv, de mettre plus de moyens sur la table. “Le budget de l’association est d’environ 100 000 euros pour le fonctionnement et de 300 000/ 400 000 euros pour monter des actions. J’ai présenté un projet de budget près de cinq fois plus important, qui doit être validé par l’ensemble des parties prenantes. Les interprofessions, dont toutes sont représentées au sein du Cniv, aimeraient être présentes au tour de table. Les décisions doivent être prises en un seul endroit”. Les discussions sont en cours.

La présidente de Vin et Société souhaite voir l’association démarrer 2010 sur “une nouvelle envergure”. Avec notamment la diffusion auprès des enseignants de kits intitulés “A toi de juger”. Ces kits pédagogiques développés avec succès par l’association Educ’Alcool au Québec permettent aux enseignants d’aborder la consommation d’alcool et la modération auprès des jeunes (►voir article déja paru: Au Québec, la modération s’apprend dès l’école avec Educ’Alcool). Pour Marie-Christine Tarby, Vin et Société doit proposer “une politique alternative à la répression”. “Notre action est inscrite dans le programme européen Wine in moderation et la Commission européenne nous demande des résultats.”

Mobiliser des experts sur le vin et la santé

La présidente entend également muscler les arguments de Vin et Société en matière de vin et santé. “Il nous faut des compétences en interne, dresser un bilan des études, mobiliser des personnalités du monde médical pour nous permettre d’étayer scientifiquement nos propositions et de les défendre devant le Conseil de la Modération. Parmi les médecins, les grands spécialistes, la position de la prohibition est loin d’être partagée”. On se souvient d’ailleurs des réactions du Pr Debré et de plusieurs cancérologues, notamment des Prs Pujol, Israël et Joyeux dénonçant les affirmations de l’Institut national du cancer . Le vin ne doit pas être sujet à polémique. “Notre vin, source d’un véritable art de vivre à l’échelle mondiale, est aujourd’hui victime d’une forme de désamour dans son pays d’origine auprès des décideurs” déplore Vin et Société.

L’association doit communiquer plus encore sur “l’intérêt de la modération pour la société” et “revenir à une dimension positive”, lance Marie-Christine Tarby. “Pour ne pas que la France se réduise à un simple musée vinicole, il est temps de redonner toute sa place sociale et culturelle à notre vin, comme on le fait à l’étranger ! Pour y parvenir, plaisir, modération et responsabilité doivent être les maitres mots »


Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé