Accueil / / Un premier contact « important » avec Bruno Le Maire

Fnsea/Ministre de l'agriculture
Un premier contact « important » avec Bruno Le Maire

Par Frédéric Hénin Le 30 juin 2009
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Un premier contact « important » avec Bruno Le Maire
J
ean Michel Lemétayer, accompagné des deux secrétaires généraux de la Fnsea ont été reçus ce mardi 30 juin 2009 par le nouveau ministre de l'agriculture Bruno Le Maire. Une occasion de faire un tour d'horizon sur les sujets d'actualité. Dans la journée de mardi a aussi été reçue une délégation de la Confédération paysanne.

Jean Micjhel Lemétayer et Dominique Barrau (© Terre- net Média)

Le poste de ministre de l’agriculture n’est par une fonction de tout repos et Jean Michel Lemétayer, président de la Fnsea accompagné des deux secrétaires généraux du syndicat majoritaire se sont chargés de le montrer à Bruno Le Maire, le nouvel hôte de la rue de Varennes. Le ministre de l’agriculture recevait en effet les leaders de la Fnsea ce mardi 30 juin.

Lait, porc et viticulture

« Ce premier contact important » a été l’occasion pour les responsables de la Fnsea de présenter les dossiers à problèmes de plus en plus nombreux : le lait bien sur mais aussi le porc et la viticulture.

Evidement, le dossier du lait a été l’occasion de rappeler « qu’il est important de se battre pour le maintien d’un ensemble de mécanismes de régulation de la production et du marché afin de compenser la fin des quotas » que Jean Michel Lemétayer « estime inéluctable ». Sur ce point, le président de la Fnsea a reçu le soutien du ministre puisqu'il partagerait les mêmes positions. L’accord du lait était indispensable même si il n’est pas satisfaisant, le président de la Fnsea est persuadé que les entreprises reviendront à la raison car elles ne pourront pas continuer à fonctionner sans producteurs laitiers !

Défendre le modèle français

Le tour d’horizon des sujets d’actualité a aussi porté sur le projet de loi de modernisation dont la Fnsea attend beaucoup pour préparer « l’après 2013 » mais aussi sur l’engagement qu’avait pris Michel Barnier de dresser un bilan de la loi Lme et d’aller de l’avant sur l’observatoire des marges.

Selon Jean Michel Lemétayer, le passage aux Affaires européennes de Bruno Le Maire est un atout pour remplir ses fonctions actuelles de ministre de l’agriculture. Le président de la Fnsea compte sur les bonnes relations que le ministre entretient avec le gouvernement allemand pour faire avancer au niveau européen les dossiers agricoles en chantier. « Mais être ministre de l’agriculture en France c’est être le ministre d’une agriculture riche et diverse avec le souci de préserver un modèle à la française qui joue un rôle économique fondamental dans le monde rural », a ajouté le leader de la Fnsea.

Réactions de la délégation de la Confédération paysanne reçue par Bruno Le Maire

« Lors de cette prise de contact avec le Ministre, la Confédération Paysanne a insisté sur la nécessité impérieuse d’une gestion publique de l’offre laitière au niveau européen, la gestion des volumes ne
Philippe Colin, porte parole
de la Confédération paysanne
(© Terre-net Média) « pouvant être traitée par la contractualisation. Bruno Le Maire reconnaît néanmoins qu’une gestion publique de l’offre est indispensable, les marchés ne pouvant être un outil de régulation pour cette production ».
«La transparence des prix, bien qu’indispensable par ailleurs, est un artifice n’offrant aucune mesure ni à court, ni à moyen terme, susceptible de garantir le revenu des producteurs de lait. »
« Le Ministre s’est montré soucieux de la situation de crise dans laquelle se trouve une partie de l’agriculture. Il a également affirmé sa volonté de prendre en compte une bonne répartition géographique des paysans, le maintien de systèmes de production diversifiés et la préservation des particularités locales (races animales, semences végétales, productions typiques). »
« La prochaine Loi de Modernisation Agricole en préparation à l’automne doit être l’occasion d’aborder les questions d’accès au foncier pour les petites structures, celles des droits sociaux des cotisants solidaires et la reconnaissance des systèmes de production moins conventionnels. »

 


Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé