Accueil / / Limiter l’impact de ses pneumatiques

Tassement des sols
Limiter l’impact de ses pneumatiques

Par Pierre-Eloi Bouche Le 12 juin 2009
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Limiter l’impact de ses pneumatiques
S
elon les conditions d’humidité du sol, les pneumatiques tassent plus ou moins. Les études d’Arvalis montrent que selon le gonflage et le montage choisi, les impacts sont différents sur la porosité des sols. Il est donc possible de mieux gérer l’impact des passages au champ en adaptant ses pneumatiques à chaque type de conditions.

Le tassement baisse la porosité du sol et freine le développement
racinaire. (© Terre-net Média) Afin de limiter un maximum le tassements et ses incidences dans le sol, Arvalis a étudié l’impact des différentes configurations de pneus et les conditions susceptibles de limiter le tassement. Importance du gonflage

La pression de gonflage accroît le tassement de la couche arable, notamment dans les cas où l’humidité du sol est forte ou moyenne.  Les essais réalisés ont permis de comparer l’impact du gonflage des pneus sur la porosité du sol dans différentes conditions d’humidité (forte, moyenne et faible).

Risques 

Le tassement  provoque un mauvais enracinement des cultures, en particulier en cultures de printemps comme le pois et le maïs.
La baisse de la porosité aboutit  à une mauvaise valorisation des sols  et une baisse de rendement.
A plus long terme cela provoque une augmentation de l’érosion et une asphyxie du sol qui ne draine plus l'eau.

Les pneumatiques gonflés à 0,8 bars provoquent, dans toutes les conditions d’humidité, un tassement moindre que ceux qui sont gonflés à 2,5 et 5 bars. Ces deux derniers montrent, par contre, peu de différences à l’utilisation en ce qui concerne la réduction de la porosité du sol. Le montage

Dans des conditions d’humidité forte (100%), les pneus larges ont le meilleur comportement, alors que des roues jumelées, en conditions d’humidité moyenne (85%)  s’avèrent plus efficaces pour limiter le tassement, aussi bien dans la couche superficielle qu’en profondeur.

Dans ces deux conditions il est avéré que le tassement est moindre sur les sols non travaillés, mais ceux-ci nécessitent tout de même des précautions.


Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé