Accueil / / Un sujet qui passionne

Colloque sur la gestion du foncier
Un sujet qui passionne

Par Frédéric Hénin Le 23 octobre 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Un sujet qui passionne
L
’ensemble des témoignages des participants de la table ronde « Quel partenariat entre les collectivités et le monde agricole sur la gestion du foncier » du colloque organisé par la Fnsea traduisent à la fois l’attachement des agriculteurs à leurs terres et le sentiment que la gestion du foncier leur échappe.


Table ronde du colloque avec à gauche Jacques Lemaitre (© Terre-net Média) L’ambiance du colloque sur la gestion du foncier, organisé par la Fnsea à Paris jeudi 23 octobre, les anecdotes et les témoignages qui y ont été relatés rappellent, à qui l’aurait oublié, que la terre agricole est d’abord l’outil de travail des agriculteurs. Elle n’est pas une réserve foncière destinée à nourrir l’expansion des villes ou la croissance des infrastructures routières.

L’ensemble des témoignages des participants de la table ronde « Quel partenariat entre les collectivités et le monde agricole sur la gestion du foncier » ont à la fois traduit l’attachement des agriculteurs à leurs terres et le sentiment que leur destinée leur échappe. Leur artificialisation est souvent entreprise malgré eux. Or ils exploitent 50 % du territoire national !

Alors que quarante six fermes sont menacées de disparition en Loire Atlantique pour y édifier un Aéroport (banlieue de Nantes), Jacques Lemaitre, administrateur de la Fnsea, s’étonne de l’intérêt porté à la préservation des grenouilles et de la volonté de reconstituer 150 mares pour compenser celles (soixante douze) qui vont être détruites à l’emplacement des pistes d’avion. Et ce, sans se soucier que les périmètres de protection à leurs alentours vont perturber l’activité agricole. Dans le même temps, les agriculteurs expulsés ne savent ce qu'ils vont devenir ! A croire que l'avenir des grenouilles est en dans notre société mieux assuré que celui de exploitants!

Simplifier le « millefeuille territorial »

Ce témoignage traduit concrètement les propos de André Thévennot, président de la Fnsafer présent au colloque. Il est temps, selon lui, que les agriculteurs se dotent d’outils de protection des terres agricoles. « Il existe des outils de protection d’espaces naturels, d’urbanisation raisonnée mais le monde agricole est dépourvu d’outils de protection qui lui sont propres », a t-il expliqué lors de son intervention. Mais surtout les exploitants n’utilisent pas ceux qui sont à leur disposition comme par exemple les Zap. Ils ne sont pas non plus suffisamment représentés dans les instances décisionnaires !

Le colloque de la Fnsea a été l'occasion d’affirmer la volonté des agriculteurs de jouer un rôle actif pour traiter des questions foncières, de préférence à l’échelle du département, entité territoriale encrée dans l’histoire. Les exploitants et les responsables professionnels présents au colloque ne veulent pas leur disparition!

Dans le même temps, la réappropriation de la gestion du foncier s’inscrit dans la volonté de simplifier le « millefeuille territorial », autrement dit, de supprimer certains échelons administratifs à l’origine de nombreux doublons. Edouard Baladur, ancien premier ministre a été missionné par le président de la République pour faire sur ce point des propositions.

En attendant, la déclaration d’intentions présentée jeudi matérialise la nouvelle orientation de la Fnsea sur la question du foncier ! (lire article à paraître).


Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé