Accueil / Commerce/Gestion / La viticulture australienne au pied du mur

Nouveau monde
La viticulture australienne au pied du mur

Par Ingrid Proust - Ligérienne de Presse Le 29 août 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La viticulture australienne au pied du mur
D
es centaines de producteurs australiens pourraient abandonner la vigne en raison du changement climatique et de la mauvaise santé du secteur.

L’industrie du vin, florissante en Australie pendant tant d’années, s’est engagée dans une mutation douloureuse pour de nombreux producteurs. Déjà fragilisés ces dernières années par la surproduction et la baisse des cours, des centaines de viticulteurs doivent faire face au changement climatique. Les épisodes de gels sont sévères et les sécheresses grandissantes. Pour beaucoup, le recours à l’irrigation n’est plus possible en raison du prix de l’eau. Selon l’agence Reuters, le coût de l’eau en Australie a plus que triplé cette année.

Les cépages ne supporteront pas le stress hydrique

« Nous estimons que 800 à 1 000 vignerons, en majorité dans la Murray Valley et dans le Riverland dans le sud de l’Australie vont avoir à prendre cette année la décision de partir ou de rester », a indiqué à l’agence Reuters Mark McKenzie, directeur de l’organisation Wine Grape Growers’Australia. Selon la Commonwealth Scientific and Industrial Organization, la qualité des raisins pourrait baisser de 23% d’ici à 2030 en raison de l’évolution du climat. Vers 2050, plus de 40% du vignoble australien pourrait avoir disparu.
Les épisodes de sécheresses grandissants et les problèmes de pénurie d'eau en Australie, provoquent un stress hydrique que ne supportent plus les cépages qui y sont implantés. (© Viti-net)

Le changement climatique pourrait conduire les producteurs à déplacer des vignobles dans des régions plus fraîches comme la péninsule de Mornington au sud-est de Melbourne ou en Tasmanie, dont le climat est proche de celui de la Nouvelle-Zélande. L’encépagement va lui aussi devoir être revu. Les cabernets, pinot noir, merlot, chardonnay, sauvignon blanc, riesling ne peuvent durablement supporter de longues périodes de stress hydrique. La filière commence à se tourner vers d’autres variétés comme le tempranillo, un cépage cultivé en Espagne, ou le vermentino, bien connu en Corse.

Les régions viticoles mises en avant

Ayant bâti son succès sur des vins de cépages d’accès facile pour les nouveaux consommateurs de vins, la filière vin australienne a choisi de développer d’autres types de vins plus élaborés. Objectifs : accroître les ventes avec des prix plus élevés. Le plan stratégique de la filière présenté en 2007 a défini quatre catégories de vins (“Brand Champions”, “Generation Next”, “Regional Heroes”, “Landmark Australia”). Dans la gamme “Regional Heroes”, le cépage importe moins que la région de production. « L’idée de base est que le cépage peut être le déclic pour présenter au consommateur une région, explique Lucy Anderson, de l’Australian Wine and Brandy Corporation (AWBC). Quelqu’un peut apprécier le pinot noir sans connaître rien de plus. Notre plan marketing a pour but de lui indiquer que la péninsule de Mornington ou la Tasmanie sont les meilleurs endroits pour ce cépage

Des vins avec plus de personnalité

L’Australie compte à ce jour plus de 60 indications géographiques, qui ont commencé à être enregistrées dans les années 80. Ce printemps, la filière vin australienne a fait la promotion en Grande-Bretagne de ses “regional wines”. « Le succès de ce programme a été mesuré par les chiffres de ventes qui confirment non seulement une hausse en volume mais aussi en valeur », indique l’AWBC. Fin 2007, Dan Jago, directeur Bières, vins et spiritueux au sein du groupe de distribution britannique Tesco, avait incité les professionnels du vin australien à « remettre de la personnalité dans le vin », à diminuer les rabais promotionnels incessants et à faire des vins « plus légers et plus frais ». L’Australie s’est remise en question sur les deux premiers points. Reste à produire des vins plus légers en alcool, un enjeu plus crucial encore avec l’évolution du climat.


Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé