Accueil / / Rien n’est encore tranché

Vin, publicité et Internet
Rien n’est encore tranché

Par Ligérienne de presse Le 06 août 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Rien n’est encore tranché
U
n consensus n’a pu être trouvé à l’issue de la deuxième réunion le 31 juillet du groupe de travail sur la publicité pour les boissons alcoolisées sur Internet.

Le 18 juin, le groupe de travail sur la publicité sur Internet pour les boissons alcoolisées, prévu dans le Plan de modernisation de la viticulture, se réunissait pour la première fois après une rencontre entre une délégation de la filière viticole et la ministre de la Santé Roselyne Bachelot. Une deuxième réunion était prévue ce 31 juillet et devait aboutir à une proposition conciliant les différents points de vue de la filière, des ministères et des associations de lutte contre l’abus d’alcool. Mais la réunion s’est terminée sur un constat d’échec. 

une proposition non retenue

Les représentants des ministères, parlementaires, administrations (DGCCRF, Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie...), associations de lutte contre l’alcoolisme, responsables de la filière viticole membres du groupe de travail devaient faire une proposition sur ce qu’il convient selon eux d’autoriser ou d’interdire sur Internet pour la publicité sur les boissons alcoolisées. Vin et Société avait plaidé pour une solution s’inspirant de la législation appliquée à la presse écrite en interdisant la publicité uniquement sur les sites destinés à la jeunesse. «Nous avons reçu du président du groupe de travail M. Louvaris (professeur de droit à l’université Paris Dauphine, NDLR) une proposition d’autoriser les seuls sites de professionnels (producteurs, fabricants, négociants, interprofessions...) à faire de la publicité, selon des horaires et des formats précisés par décret, expliquait à la veille de la réunion du 31 juillet Delphine Blanc, directrice de Vin et Société. Cette proposition ne correspond pas à nos attentes, elle est très restrictive. Que deviendraient alors les sites internet de vente de vins ? Comment dès lors attirer des internautes sur les sites de producteurs ?»

pas « d'incitations intrusives »

Les associations de lutte contre l’alcoolisme n’ont, selon Vin et Société, pas fait de proposition dans le cadre du groupe de travail. Dans un communiqué du 10 juillet, ces associations, dont l’Anpaa, se disent cependant «prêtes à concevoir que les producteurs et distributeurs ainsi que leurs interprofessions puissent ouvrir un site institutionnel afin de présenter leur société et offrir à l’internaute la possibilité de passer commande en ligne». Elles se disent toutefois opposées à «toutes autres formes de publicité pour l’alcool sur le net, tels les bandeaux, "pop ups", messages et autres incitations intrusives» ainsi qu’aux vidéos et animations de promotion.

Une nouvelle réunion du groupe de travail est prévue début septembre. «Les ministères de la Santé et de l’Agriculture s’étaient engagés à ce qu’une proposition consensuelle soit trouvée fin juillet, poursuit Vin et Société. Dans la perspective de la discussion parlementaire autour du projet de loi de santé publique qui aura lieu à l’automne, la filière se mobilisera fortement. »


Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé