Accueil / Commerce/Gestion / Embouteilleurs Aoc, quelles stratégies pour mieux résister d'ici 2015 ?

Etude Crédoc
Embouteilleurs Aoc, quelles stratégies pour mieux résister d'ici 2015 ?

Par Juliette Cassagnes Le 22 juillet 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Embouteilleurs Aoc, quelles stratégies pour mieux résister d'ici 2015 ?
L
e nombre d'exploitations de vignerons indépendants avec le profil « Embouteilleurs Aoc » diminuera de 33% d’ici 2015. Le Crédoc analyse dans son étude(*) les raisons de ce déclin, et donne des pistes afin que ces exploitations puissent mieux faire face aux nombreuses évolutions.

Carte d’identité des « Embouteilleurs Aoc»

3ème groupe le plus important en nombre : environ 5000 exploitations en 2000, soit 13,2% du nombre total d’exploitations vignerons indépendants ►3500 prévues pour 2015, soit 12,8% du nb total 
3ème groupe en terme de volume produit 4,2 millions hl en 2000, soit 13,4% de la production totale ► 3,2 millions hl prévus en 2015, soit 11%
Caractéristique principale : ces exploitations vendent essentiellement en bouteilles (85% de leur volumes vendus), contre 34% pour la moyenne. Ils sont plutôt orientées dans la production de vins rouges Aoc (92% des volumes), avec une part importante à l’export.
Localisation : Ils sont localisés dans 8 régions sur les 11. Paca, Aquitaine, Bourgogne et Rhône-Alpes sont les principales régions où ils sont localisés.
(© Crédoc vif)

Surface moyenne = plus grande que la moyenne :16,3 ha contre 12,3 ha pour la moyenne
Chiffre d’affaires moyen/hl = 468€ /hl contre 266€/hl pour la moyenne. Ils ont une valorisation très forte, juste derrière celle des champenois.

« Les vignerons du groupe « embouteilleurs Aoc » souffrent de la baisse de consommation de vin rouge chez les jeunes générations sur le marché national, mais la qualité managériale – exportations importantes, approches commerciales, etc - permettra aux meilleurs d’entre eux de se maintenir sur le marché », analyse le Crédoc dans son étude. Mais leurs résultats restera fortement corrélés à la « résistance de la consommation du vin rouge et à l’export » ajoute-t-il.

Transformer une partie en Vin de pays ?

Ces exploitations ont en effet la caractéristique principale de vendre la quasi-totalité de leur production en bouteilles, des vins rouges Aoc, avec une bonne valorisation de leurs produits. Elles ont aussi une part importante à l’export (16% des volumes contre 7% pour la moyenne), grâce à une bonne « adaptabilité du produit vin rouge premium aux marchés étrangers. La demande y est solide, et ce produit bénéficie de l’image « France ». Selon le Crédoc, il est donc « impératif » pour ces exploitations de « travailler sur la valorisation du produit ». Il s'agit également de séduire les jeunes générations, en jouant sur l'apparence et le côté esthétique des vins premium , ainsi que sur le côté "terroir". 

Cela passe notamment par la mise en avant de « l’image France » à l’export, ou celle de l’image « artisanale » du vigneron indépendant sur le marché français. Mais cela peut aussi passer par l’écoulement d’une partie de la production en vin de pays, afin de « profiter d’une législation plus souple et de l’actuelle notoriété de cette appellation ». Autre possibilité émise par le Crédoc : « labelliser son exploitation en agriculture biologique afin de se positionner sur le marché de niche des vins bio, bien valorisé ». L’oenotourisme – visite des chais, dégustations, vente directe - enfin, constituerait une bonne opportunité pour ce groupe pour développer les ventes.

A lire aussi, déjà parus:

►Prospective 2015 - Profils des 11.000 vignerons indépendants qui auront disparu... (publié le 22/07/2008)

►Etude Crédoc - Spécialistes du blanc, quelles stratégies pour mieux résister d'ici 2015 ? (publié le 23/10/2008)  

Etude Crédoc - Vraqueurs Aoc, quelles stratégies pour mieux résister d'ici 2015 ? (publié le 08/10/2008)


(*)Le Credoc (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) a publié une étude intitulée "Etat des lieux et stratégies à l'horizon 2015", commanditée par les Vif (Vignerons indépendants de France). Suite à cette étude, 11 "groupes" d'exploitations ont été dégagées selon leur typologie.
Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé