Accueil / Viticulture / La révolution écophyto aura-t-elle lieu ?

Produits phytosanitaires
La révolution écophyto aura-t-elle lieu ?

Par Yannick Biard Le 01 juillet 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La révolution écophyto aura-t-elle lieu ?
A
quelques semaines de la présentation du plan final « Ecophyto 2018» au Président de la république, retour sur les principaux axes de travail et préconisations. Guy Paillotin, secrétaire perpétuel de l'académie d'agriculture, avait remis jeudi 22 mai le rapport du Comité opérationnel « Ecophyto 2018 » au ministre de l’agriculture et de la pêche Michel Barnier. Le ministre a indiqué dans un communiqué qu’il considérait ce rapport comme « une très bonne base de travail pour la rédaction finale du plan d’action du gouvernement ».
Suite aux engagements du Grenelle de l’environnement, le comité opérationnel « Ecophyto 2018 » a travaillé sur les moyens à mettre en œuvre pour atteindre l’objectif de réduction de 50% des usages des pesticides d’ici 2018. Le rapport du comité est divisé en sept axes principaux déclinant les préconisations du comité.

Un nouvel indicateur de l’utilisation des pesticides à l’échelon national La principale innovation est la définition d’un nouvel indicateur de l’utilisation des pesticides, permettant de suivre leur réduction de façon efficace (axe 1). Le comité a retenu 2 indicateurs : l’indice de fréquence de traitement (Ift) à l’échelle de l’exploitation et le nombre de doses unité (Nodu) au niveau national. Ce dernier correspond aux quantités de substances vendues divisées par dose-unité de substance active. Le comité propose d’en faire l’indicateur de référence du suivi de l’intensité de l’usage des pesticides.

Le rapport met en avant des solutions consensuelles pour la réduction des pesticides. Il insiste essentiellement sur le développement des systèmes agricoles économes en pesticides (axe 2) : la plupart des cultures devraient se tourner vers la démarche de protection intégrée, en se basant sur les connaissances acquises ces dernières années. Les organismes de recherche devraient accorder plus de moyens à la conception d’itinéraire techniques et de systèmes de culture économes en pesticides (axe 3).

Qu’ y aura-t-il dans le rapport final ?

Le comité donne des pistes dans le renforcement des réseaux de surveillance des bioagresseurs et des effets de l’utilisation des pesticides (axe 5), en confiant certaines de ses missions aux chambres d’agriculture et au réseau Fredon (Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles). Le comité rappelle également l’importance de la formation à l’utilisation des pesticides (axe 4).

L’axe 7 porte sur la sécurisation et le raisonnement des pratiques en zone non agricole. Le comité préconise en particulier de limiter la gamme de produits phytosanitaires destinés aux amateurs. Enfin, l’axe 6 est dédié aux départements d’outre-mer du fait de leur situation spécifique en matière de risque phytosanitaire.

Le ministre de l’agriculture et de la pêche Michel Barnier devrait présenter le plan final « Ecophyto 2018» au Président de la république avant mi-juillet. Reste à savoir dans quelle mesure les éléments de ce rapport en feront partie.

D'autres articles paraîtront sur le même sujet. Pour ne rien manquer, inscrivez-vous gratuitement au Mel agricole en cliquant ici.


Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé