Accueil / Commerce/Gestion / La consommation de bière en baisse au premier trimestre 2008

France
La consommation de bière en baisse au premier trimestre 2008

Par Vitisphere Le 19 juin 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La consommation de bière en baisse au premier trimestre 2008
L
a consommation française de bière a diminué de 8,2% au premier trimestre 2008 dans la foulée de l'effritement déjà ressenti en 2007, selon les chiffres publiés jeudi par l'organisation professionnelle des Brasseurs de France.

Cette baisse est "probablement" due à l'interdiction de fumer dans les lieux publics, a estimé Gérard Laloi, président des Brasseurs, sans toutefois quantifier les conséquences de cette mesure en vigueur depuis le 2 janvier. Une température particulièrement froide au premier trimestre 2008 explique aussi en partie ce fléchissement de la consommation, a encore indiqué M. Laloi. Selon les calculs réalisés par l'organisation, une variation d'un degré sur le thermomètre entraîne une variation de 3 à 4% de la consommation. Or au premier trimestre 2007, les températures avaient été particulièrement élevées.

Sur l'ensemble de l'année 2007, la consommation a baissé de 3,3%, à 19,6 millions d'hectolitres, contre 20,2 millions en 2006, a encore indiqué Brasseurs de France qui a affiné ses chiffres par rapport à ceux donnés en février. Le marché est toutefois resté stable en valeur, à environ 12,5 milliards d'euros.

Sur la question de l'alcool et les mineurs...

Les perspectives pour 2008 ne sont guère optimistes, en raison notamment des "pressions émergentes", comme l'interdiction de vente de bière (et autres boissons alcoolisées) dans les stations-service, a déclaré M. Laloi. Le président des Brasseurs de France a dit souhaiter poursuivre la vente de la bière en stations-service "pour respecter la notion de service" mais que celle-ci ne devait pas être proposée en "prêt-à-boire", sortant d'une armoire réfrigérée.

Concernant la question de la vente de bière aux mineurs (16 à 18 ans), M. Laloi s'est montré favorable à une surveillance accrue dans les grandes surfaces, mais estime que la consommation en brasserie ne "doit pas être interdite" dès lors qu'"il y a accompagnement d'un majeur". Ces deux points, et d'autres interdictions concernant l'alcool et les mineurs, font partie d'un décret en préparation au ministère de la Santé.

En France, la consommation de bière, d'environ 30 litres par an et par habitant, est une des plus faibles en Europe, quatre fois inférieure à celle des Allemands par exemple. Les bières dites "de spécialités" (d'abbayes, ambrées ou blanches) et "haut de gamme" sont les seules à tirer leur épingle du jeu. Leur part de marché en valeur a augmenté respectivement de 1% et 3% (et 5 et 1% en volume). Ces deux segments représentent 46% du total du marché en volume, et près de 62% en valeur. Mais le coeur de marché --les blondes traditionnelles-- chute de 9% en volume et 5% en valeur, une tendance équivalente pour les bières sans alcool et les panachés qui accusent une baisse 9% en volume et de 6% en valeur. Kronenbourg --récemment vendu par le britannique Scottish & Newcastle (S&N), au danois Carlsberg et au déerlandais Heineken-- reste numéro 1 en France, devant Heineken et le belgo-brésilien Inbev.


Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé