Accueil / Viticulture / En 2012, des importations de vin pour pallier la chute de production

Réglementation phytos européenne
En 2012, des importations de vin pour pallier la chute de production

Par Juliette Cassagnes Le 27 mai 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
En 2012, des importations de vin pour pallier la chute de production
L
a réglementation liée à la mise en marché des produits phytosanitaires actuellement en vigueur (91/414/CE) et l'actuel projet de nouveau règlement, visent à supprimer un grand nombre de pesticides autorisés. Leur application induirait une baisse de 17% des rendements viticoles en Europe… qui sera alors contrainte d’importer du vin pour équilibrer le marché !


La révision de la Directive 91/414/CE conduirait à la suppression de 67% à 86% des substances actives actuelles, toutes les familles de produits étant touchées (© D.R.) L’institut de recherche italien Nomisma* a voulu savoir, d’un point de vue quantitatif, la baisse de production en Europe, engendrée par l’application du règlement actuel (directive 91/414/CE en cours de révision), et de l'éventuel nouveau règlement, sur lequel la Commission et le parlement européens travaillent en ce moment. Ce dernier étant applicable à partir de 2010. Le raisin fait partie des trois cultures sélectionnées par l’institut dans son étude, avec le blé et la pomme de terre. L'institut précise que jusqu’en 2012, ce sont les effets de la réglementation en vigueur (directive 91/414/CE) qui prévaudront. A partir de 2020, les impacts de la nouvelle réglementation prendront le dessus.

2012, pire que 2020

L’institut de recherche a estimé qu’à moyen terme, d’ici 2012, l’impact de l'application de la réglementation en vigueur correspondrait à une chute de la production sur la vigne d’environ 17% . A ce jour, sur l'ensemble des matières actives, la révision de la directive 91/414/CE a conduit à valider 18% d'entre elles, en ecarter 58%, et 24% restent encore à évaluer.

A plus long terme, en 2020, l’impact sera moindre, d’environ 10%, car « l’offre en produits phytosanitaires sera capable de s’adapter à un nouveau cadre normatif », explique l’étude. L'évaluation tient compte du fait que la viticulture biologique emploie certains produits phytosanitaires sujets à une évaluation dans le cadre de la directive actuelle et de la nouvelle réglementation proposée.

L'obligation d'importer du vin des pays du nouveau monde

La réglementation actuelle aurait donc des effets négatifs sur la production beaucoup plus importants que la prochaine directive, ce qui serait également le cas des cultures blé et maïs.

Une des conséquences à ces baisses de production mise en avant par l'institut de recherche italien : une diminution de l’auto-suffisance (estimée à 102% en 2006, à 82% en 2012, et à 90% en 2020), au niveau européen. Les Etats membres seront alors contraints d’importer du vin à l’extérieur de l’Union européenne, notamment des Etats-Unis, de l’Argentine, de l’Australie et du Chili, pour équilibrer sa balance commerciale…

Pour aller plus loin

►Pour plus de renseignements sur Nomisma, cliquez ici

►A lire aussi: Règlementation phytosanitaires - Jean-Charles Bocquet, Uipp : « Une disparition à terme de la quasi-totalité des insecticides »



*Institut de recherche économique Italien (voir encadré)
Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé