Accueil / Commerce/Gestion / La rentabilité augmente avec l'activité bouteille

Observatoire viticole des Vif
La rentabilité augmente avec l'activité bouteille

Par Lettre Observatoire Economique des Vignerons Indépendants Le 07 mai 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La rentabilité augmente avec l'activité bouteille
V
iniflhor, en collaboration avec la Ccvf et les Vif, ont mis en place un observatoire économique viticole national(*), à partir des données financières du réseau Cer France. Voici les résultats économiques et financiers des vignerons indépendants commercialisant majoritairement en bouteilles.

L’échantillon étudié contient plus de 198 exploitations. Leur point commun : être en système « caves particulières» et commercialiser en bouteilles à plus de 13% de leurs volumes. Ce groupe a dans un deuxième temps, été scindé en trois sous-groupes, en fonction du montant du produit de l’activité vin en € à l’hectare : « Cond 1 », avec moins de 10.000 €/ha, « Cond 2 », avec un produit compris entre 10.000 € et 19.000 €/ha, et « Cond 3 », avec un produit vin supérieur à 19.000 €/ha.

Surfaces et main d'oeuvre

Les premiers résultats portent sur les surfaces et la production : elles sont proportionnellement inversées par rapport aux revenus. Ainsi, le groupe Cond 1 a la surface la plus importante avec une surface moyenne de 35 ha et une production de 1731 hl. Le groupe Cond 2 a une surface de 28 ha avec 1553 hl produits, et le groupe Cond 3, qui par ailleurs a le produit vin/ha le plus important, moins de 20 Ha et 966 Hl produits.

Concernant la main d’œuvre, il ressort que plus le produit de l’activité vin augmente, plus le nombre d’Uth (Unité de travail humain) augmente. Le groupe Cond 1, qui a le produit le plus faible, emploie 2,9 Uth salariés, contre 4,3 Uth pour le groupe Cond 2 et 5,9 UTH pour le groupe Cond 3. En revanche, le besoin en main d’oeuvre familiale reste stable entre les groupes, avec 1,6 UTH en moyenne.

Côté commercialisation, l’activité bouteille représente 56% du chiffre d’affaires pour le groupe Cond 1, 79% pour le groupe Cond 2 et 92% pour le groupe Cond 3.

Résultats économiques : de gros écarts entre les groupes

L’étude du résultat économique (**) montre que le groupe Cond 1 accuse une forte chute de son résultat économique entre 2004 et 2005, de -25.000€ à -34.000€. La raison principale : une baisse importante des produits. Du côté du groupe Cond 2, l’augmentation des produits n’a pas suffit à couvrir l’augmentation des charges, notamment de gestion, ce qui entraîne une légère baisse du résultat économique. Enfin, le groupe Cond 3 est le seul groupe qui voit ses produits augmenter plus rapidement que ses charges, ce qui lui assure une croissance importante de son résultat économique entre 2004 et 2005 : de 81.000€ à 110.600€.


Cliquez ici pour agrandir le tableau

(**)Le résultat économique est calculé à partir des produits réalisés par l’exploitation moins les charges courantes : approvisionnements, main d’oeuvre salariée, installations bâtiments, gestion (dont cotisation exploitant). Nous obtenons ainsi le résultat courant avant rémunération familiale, le résultat économique correspondant au résultat après rémunération familiale.

Les comportements financiers(***) ont également été analysés entre 2004 et 2005. Si les comportements financiers du groupe Cond 1 restent stables, le groupe Cond 2 perd des entreprises « en renforcement » au profit d’entreprises « en croisière ». Pour le groupe Cond 3, la catégorie « en croissance » progresse fortement mais l’on voit aussi apparaître des entreprises en ralentissement à partir de 2005 :

(***) Les entreprises ont été classées sous 4 catégories :
• « Ralentissement » : peu de ressources dégagées - l’exploitation amorce un déclin si cette situation perdure
• « Croisière » : fonctionnement équilibré, sans modification notable - peu d’investissement et désendettement engagé
• « Renforcement » : situation financière qui s’améliore, souvent en prévision d’investissements à venir •
•« Croissance » : exploitations en phase d’investissement
A lire aussi, déjà parus :

► Observatoire viticole national - Les caves particulières avec une grosse part de vrac ont souffert (publié le 29/03/2008)

Observatoire viticole national - Les caves particulières avec vrac dominant ne sont pas optimistes (publié le 05/04/2008)


(*)Viniflhor, avec la Ccvf (Confédération des Coopératives Vinicoles de France) et les Vif (Vignerons indépendants de France) ont mis en place un Observatoire viticole national. L'échantillon contient 468 exploitations, qui vont être suivies sur plusieurs années sur leurs résultats économiques. Un échantillon d’une cinquantaine d’exploitations localisées dans 10 départements viticoles a été sélectionné. Ces entreprises ont été réparties en 7 groupes : 2 groupes de coopérateurs, distingués par le produit plus ou moins élevé de l’activité vin en €/ha, 2 groupes de vignerons indépendants majoritairement « vrac », et 3 groupes de vignerons indépendants majoritairement « conditionneurs ». Les chiffres fournis par le réseau Cer France concernent les résultats 2004 et 2005.
Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé