Accueil / Commerce/Gestion / L’approvisionnement reste difficile

Bouteilles
L’approvisionnement reste difficile

Par Ingrid Proust - Ligérienne de Presse Le 06 mai 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
L’approvisionnement reste difficile
D
epuis l’année dernière, la filière vin se trouve confrontée à de grandes difficultés pour s’approvisionner en bouteilles de verre, à tel point que le problème commence à peser sérieusement sur la reprise du marché du vin.


L’Agev envisage de réaliser une étude sur le potentiel de production de bouteilles dans l’Europe des 27, en Turquie et dans le Maghreb, « pour essayer de comprendre ce qui se passe. » Du côté des verriers, OI ne communique pas sur le sujet. Saint-Gobain assure pour sa part « livrer à la hauteur des engagements pris par nos clients dans le cadre de leurs prévisions annuelles » (© DR) Le marché du verre s’est fortement concentré ces dernières années pour ne laisser place qu’à deux grands groupes en France, l’Américain OI (Owens-Illinois) qui a racheté BSN en 2004, et Saint-Gobain. L’été dernier, la situation s’est aggravée en raison de la hausse des ventes sur le marché du vin et de la fermeture de fours chez les verriers, en raison de problèmes techniques ou de grèves.

Mais nombre de vignerons et de négociants soupçonnent également les deux grands groupes verriers de faire en sorte “d’organiser la pénurie” pour s’assurer une meilleure rentabilité. « OI nous a expliqué que pendant des années la filière vin a acheté des bouteilles à bas prix, que le secteur n’était donc pas assez rentable et qu’ils ont du fermer des fours, confie Michel-Laurent Pinat, délégué général de l’Association générale des entreprises viticoles, associée à l’Afed (association des embouteilleurs distributeurs de vins). Celui-ci reconnaît que la concurrence était féroce sur le marché du verre : « Ies bouteilles étaient sous-cotées par rapport à leur prix réel et les gros négociants n’hésitaient pas à se fournir au Maroc ou en Italie ».

«La pénurie de bouteilles blanches oblige certains à mettre du rosé en bouteilles vertes »

Les industriels européens du vin, de la bière et des spiritueux sont intervenus auprès de la commissaire européenne à la Concurrence Neelie Kroes afin de déterminer s’il existe une entente illicite entre OI et Saint-Gobain. Pour l’heure, de tels soupçons ne sont étayés d’aucune preuve.

Les vignerons de leur côté ne peuvent que prendre leur mal en patience. Les délais de livraison s’allongent. Pire encore, des livraisons ne sont pas assurées ou ne le sont qu’en partie. « Je ne sais pas si je vais être livré en juin comme prévu. L’autre jour, mon fournisseur m’a livré seulement un lot alors que j’en avais commandé plusieurs, soupire ce vigneron du Val de Loire producteur de rosés d’appellation. J’utilise des bouteilles blanches, et j’ai déjà du faire face à plus de 13% d’augmentation fin 2007 ».

La pénurie touche en particulier les utilisateurs de bouteilles blanches, de bouteilles en verre allégé, de bouteilles standard sur lesquelles les verriers réalisent moins de marges. « Notre fournisseur, VOA (Saint-Gobain) ne nous livre plus. On a appelé tous azimuts. On a acheté des bouteilles antiques, plus chères, à la place de bouteilles vertes, indique Yves d’Amécourt, viticulteur bordelais et secrétaire général du syndicat de Bordeaux et Bordeaux supérieur. Les verriers préfèrent livrer des camions entiers et les négociants semblent prioritaires, même si certains ont du mettre du rosé en bouteilles vertes. »

« Nous livrons à hauteur des engagements »

A l’Agev, Michel-Laurent Pinat souligne que « certains négociants ont mis du personnel au chômage technique, subissent des pénalités de la part des enseignes de distribution ». « Le négociant est en outre contraint d’amortir la hausse du prix des bouteilles, qui intervient en même temps que celle du vin, car la grande distribution ne veut pas payer plus cher. » La hausse des prix des bouteilles serait entre 15 et 35% entre 2007 et 2008.

L’Agev envisage de réaliser une étude sur le potentiel de production de bouteilles dans l’Europe des 27, en Turquie et dans le Maghreb, « pour essayer de comprendre ce qui se passe. » Du côté des verriers, OI ne communique pas sur le sujet. Saint-Gobain assure pour sa part « livrer à la hauteur des engagements pris par nos clients dans le cadre de leurs prévisions annuelles » et avoir fait progresser de « 10% en volume sa production au premier trimestre 2008 ».


Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé