Accueil / Commerce/Gestion / Controverses en série

Résidus de pesticides dans les vins
Controverses en série

Par Ingrid Proust - Ligérienne de Presse Le 21 avril 2008
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Controverses en série
L
’enquête d’une organisation anti-pesticides faisant état de résidus dans les vins relance la question des limites maximales de résidus dans les vins. Ces limites ne sont fixées au niveau européen que pour les raisins. Pour les vins, il n’existe actuellement pas d’harmonisation tant au niveau de l’Europe que de l’Organisation internationale de la vigne et du vin.


"Les niveaux de résidus mesurés dans les vins dans l'étude Pan Europe sont très faibles et concernent peu de molécules" met en avant l'Ifv. "De plus, les niveaux maximum de résidus retrouvés par Pan sont de 20 à 5.000 fois inférieurs aux limites maximales de résidus fixées dans le raisin" (© D.R.) Pan Europe voulait frapper fort. Les conclusions de l’enquête de ce réseau européen d’associations anti-pesticides ont largement été reprises dans la presse. Selon Pan Europe, sur 40 vins provenant de France et d’autres pays d’Europe ou du Nouveau Monde, tous les vins, mis à part ceux issus de viticulture biologique, présentaient des résidus de pesticides, sans que ces niveaux de résidus dépassent les limites maximales autorisées, admettait l’organisation.

Pan Europe a dénoncé des niveaux « considérablement plus élevés que ceux tolérés pour les pesticides présents dans l’eau du robinet ». L’Ifv (Institut français de la Vigne et du Vin) a contre attaqué en observant qu’ « il est difficile de comparer ces valeurs à la limite de 0,1 microgramme/L fixée pour l’eau potable, car cette valeur correspond avant tout à une limite analytique, qui ne prend pas en compte la toxicité des molécules. »

A quand des limites harmonisées pour les vins ?

L’Ifv a comparé les résultats de l’enquête de Pan Europe à une étude réalisée par l’Institut français de la vigne et du vin de 1999 à 2001 et à une autre enquête menée par le ministère de l’Agriculturede 1990 à 2003 : « globalement les teneurs observées dans les dix vins français de l’étude Pan sont inférieures aux teneurs moyennes décelées dans les études Dgal et Ifv. Toutes ces études dressent un état des lieux plutôt satisfaisant : les niveaux de résidus mesurés dans les vins sont très faibles et concernent peu de molécules. Les niveaux maximum de résidus retrouvés par Pan sont de 20 à 5 000 fois inférieurs aux limites maximales de résidus fixées dans le raisin. »

Les limites maximales de résidus (Lmr) en viticulture ne sont actuellement fixées au niveau européen que pour les raisins. « Mais il est prévu que les Lmr européennes concernent également les vins » indique-t-on à la Dgccrf. Les dossiers d’homologation de produits phytosanitaires auprès de l’Union européenne demandent déjà des Lmr dans les vins pour ces produits ou des coefficients de transfert de résidus des raisins au vin. « Il sera plus facile avec ces repères d’établir des limites pour les vins au niveau européen », souligne Jean-Claude Ruf, chef de l’unité œnologie sécurité et santé à l’Organisation internationale de la vigne et du vin.
L’Oiv avait commencé à travailler à la fixation de Lmr communes pour les vins entre pays membres de l’organisation : « ce travail n’est pas abouti aujourd’hui. Il existe encore des questions sur l’évaluation du transfert moyen dans le vin des résidus pouvant être présents dans le raisin. Ces transferts ne sont pas homogènes. 80 à 90% des molécules ne se retrouvent pas dans le vin, mais certaines passent à 100% » poursuit M. Ruf.

De possibles entraves au commerce international

Les États membres de l’Oiv se sont mis d’accord pour que l’Oiv diffuse les limites des différents pays. Des repères qui n’empêcheront pas de possibles entraves au commerce international, car un pays peut toujours décider de bloquer l’importation d’un lot de vins au motif qu’ils contiendraient des résidus de telle ou telle substance phytosanitaire.

L’Ifv a proposé en 2003 à l’Oiv des Lmr dans les vins. « J’avais essayé de faire admettre des Lmr vins harmonisées au niveau de l’Oiv, mais les délégués australiens notamment s’y étaient opposés. Pour eux, si des limites étaient fixées, cela engendrerait des demandes d’analyses de la part des pays importateurs, d’autant plus coûteuses que le nombre de molécules existantes est élevé, commente Jean-Luc Berger, directeur technique de l’Ifv et vice-président de commission œnologie de l’Oiv. Pour ma part, je vais tirer parti du retentissement de l’étude de Pan Europe pour relancer le débat auprès de l’Oiv pour des Lmr vins harmonisées, qui sont aussi souhaitables au niveau européen. »

A lire aussi:

Pesticides dans le vin - Les viticulteurs critiquent un rapport "irresponsable" (publié le 28/03/2008)

►Pour consulter l'étude Pan-Europe, cliquez ici.


Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé