Accueil / Viticulture / « Le millésime 2006 s'annonce de bonne qualité »

Denis Verdier, producteur et président des Vignerons Coopérateurs de France
« Le millésime 2006 s'annonce de bonne qualité »

Par Nathalie Petit Le 25 octobre 2006
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
« Le millésime 2006 s'annonce de bonne qualité »
L
e bilan des vendanges 2006 est plutôt positif au plan qualitatif, ont présenté mardi 24 octobre dernier les Vignerons Coopérateurs de France. Malgré une météo bigarrée, le millésime s'annonce de bonne tenue. Ce qui n'est toujours pas le cas des cours, ce qui rend urgente la réorganisation nécessaire de la filière, a déclaré le président Denis Verdier.

« D’un point de vue qualitatif, le millésime 2006 s’annonce de bonne qualité grâce à d’excellentes conditions sanitaires et de bonnes conditions météorologiques pendant les vendanges souvent précoces et parfois plus étalées dans le temps », présente le 24 octobre Denis Verdier, producteur et président des Vignerons Coopérateurs de France. « Les prévisions de récolte en France sont de l'ordre de 54 millions d'hectolitres, soit une légère hausse d'environ 1% par rapport à la campagne 2005. »  Et les stocks demeurent importants, à l'image de la situation européenne. «Les stocks européens sont lourds et quasiment égaux à la prévision de récolte européenne qui approcherait les 180 millions d'hectolitres »
La contribution économique positive est dans l'amélioration des exportations  constatée au  premier semestre 2006, matérialisée par une progression de 17% sur l'ensemble des vins. « Un quart de cette progression est assurée par les vins effervescents, le reste essentiellement par les Aoc du Bordelais et de la Vallée du Rhône, les autres vins perdant 2,5% en valeur. » Malgré ces reprises d'activités, « les baisses des cours demeureunt préoccupantes à l'heure d'une récolte relativement élevée et de disponibilités lourdes », conclut Denis Verdier, souhaitant une réforme accélérée de l'Ocm.

Dans les régions, la situation est globalement hétérogène, à l'image d'une météorologie relativement chaotique, mais la qualité est au rendez-vous. Dans le Beaujolais, le millésime 2006 est même qualifié de très qualitatif. Selon l'Union interprofessionnelle des vins du Beaujolais (Uivb), 2006 s'annonce comme un millésime très réussi. «Les vendanges se sont déroulées dans de bonnes conditions et les premiers commentaires sur le millésime 2006 sont extrêmement flatteurs. Dès les premiers jours de vendange, les vignerons révélaient le très bon état sanitaire du raisin et faisaient un rapprochement avec le millésime 2005, également très qualitatif. Des arômes, du fruit et de la rondeur, en trois mots les caractéristiques du millésime 2006 », poursuit l'Uivb. « Les Beaujolais nouveaux notamment s'annoncent très aromatiques et d'une grande souplesse en bouche.  Ils revêtent une robe soutenue avec des nuances violacées signant leur fraîcheur et leur jeunesse. Au nez, ils sont explosifs avec une expression très riche et complexe rappelant framboise ou groseille ou cassis. »

Un aperçu dans quelques régions viticoles (Cliquez sur la région concernée)

Bilan Aquitaine Bilan Bourgogne Bilan du Bassin méditerranéen et Vallée du Rhône

Aquitaine

« En Aquitaine, c'est l'hétérogénéité qui pourrait résumer le plus le millésime 2006 », souligne Pascal Henot, oenologue directeur au centre oenologique de Coutras, Chambre d'agriculture de la Gironde (*). « La météo a été très contrastée selon les secteurs. Ainsi on a pu voir des Merlots avec des degrés de 14% alors que d'autres sont à 11,5%, des acidités totales inférieurs à 4 à d'autres supérieures à 5,5 et ainsi de suite sur les différents postes clés. Le poids des 100 baies varie lui aussi de 120 à 220, rarement on a constaté une telle hétérogénéié au vignoble », constate Pascal Henot. D'importantes chutes de pluies autour du 15 septembre ont compromis le bon potentiel de la vendange, permettant un développement parfois fulgurant du botrytis. « La vendange des rouges a été précipitée dans une course contre la montre avec le botrytis. Mais d'une manière générale, les rouges sont vendangés avec des degrés et des acidités élevés, beaucoup de couleur et d'arôme et une bonne richesse tannique. L'état sanitaire est globalement bon, mais parfois dégradé. Les vins rouges présentent des qualités hétérogènes, selon le travail effectué au vignoble. »
« Les cépages blancs, récoltés entre le 5 et le 15 septembre ont échappé aux pluies de septembre et ont été ramassés  avec un bon niveau de maturité et un très bon état sanitaire. Leurs rendements sont modérés, les degrés et les acidités élevés, avec une grande richesse aromatique. Les vins blancs sont d'excellente qualité », conclut le directeur.

Bourgogne

« Après une année marquée par une météo bigarrée, la Bourgogne a eu la chance d'être parmi les vignobles français les plus gâtés par les temps de septembre : peu de pluies et des températures clémentes », présente le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (Bivb) (*). « Ainsi de belles maturités ont été enregistrées sur tous les vignobles avec des raisins de bonne constitution et de belles grappes aérées. Quant à l'état sanitaire, il s'est révélé satisfaisant ». Les vins rouges, à peine sortis du pressoir, laissent entrevoir de belles promesses. «Leurs robes sont belles et les arômes rappellent les fruits rouges mûrs et les épices. Leurs bonnes concentrations en tannins leur permettront de se révéler au cours de l'élevage, mais ils présentent d'ores et déjà une belle complexité et une structure charnue. »
En Saône et Loire, les viticulteurs de la cave des Vignerons de Buxy sont confiants sur la qualité du millésime 2006. Les vendanges se sont déroulées dans de bonnes conditions météorologiques et sans précipitation. La caractéristique de ce millésime est sans aucun doute le niveau de maturité exceptionnel et les degrés naturels oscillant entre 12,5 et 13° de moyenne.

Bassin méditerranéen et Vallée du Rhône : un bel équilibre

« En Vallée du Rhône et en Provence, 2006 marque une 5ème année consécutive de sécheresse », constatent Olivier Merrien, et Jacques Rousseau, respectivement directeur et responsable du département vignes et vin, à l'Institut coopératif du vin (Icv). « Seul le Languedoc a bénéficié de pluies hivernales abondantes qui ont permis une bonne reconstitution des réserves d'eau au débourrement. » La campagne 2006 a été aussi chaude que celle de 2003. «L'indice de Huglin (somme des températures supérieures à 10°C) sur la période de croissance végétative de la vigne, est le plus élevé depuis 30 ans, avec une évolution assez comparable à celle de 2003 », poursuivent les dirigeants de l'Icv. « Au mois d'août, les moindres températures ont favorisé l'accumulation de composés phénoliques, et ont finalement permis de constituer un bon potentiel de couleur pour les vins rouges. »
L'état sanitaire est parfait et les conditions de vendange ont été quasi idéales, les vignerons ayant pris le temps de vendanger à maturité optimale. Les chronologies naturelles de maturité des cépages ont été un peu bousculées, « la date de maturation variait plutôt en fonction du stress hydrique des parcelles et de leur rendement. »
« D'une manière générale, les vins du millésime 2006 présentent un profil « moderne » avec une dominante fruitée et un équilibre charnu mêlant une acidité présente mais fondue, ainsi que des tanins souples et soyeux pour les vins rouges. La Syrah est incontestablement l'une des grandes réussites du millésime 2006 », détaillent les représentants de l'Icv. « Le Grenache noir produit une nouvelle grande année, notamment en vallée du Rhône et en Roussillon, et d'une manière générale sur les coteaux. Le Merlot présente un profil gustatif étroitement corrélé aux rendements agronomiques. » A titre d'exemple pour les vins blancs, l'Icv constate que « le Chardonnay, récolté presque partout bien mûr, est également une belle réussite du millésime 2006, avec une bouche bien pleine, soutenue par une acidité fondue. »
(© DR)

Dans la vallée du Rhône, en Provence et dans le Gard, les pluies hivernales ont été inférieures aux moyennes pour la 5ième année consécutive. Au débourrement, le niveau de remplissage des sols en eau ne dépassait pas 80% de la capacité au champ, souligne l'Icv (Institut coopératif du vin).

(*) Source : « Bilan des vendanges 2006 », Les Vignerons Coopérateurs de France, conférence de presse du 24 octobre 2006.
Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé