Accueil / / Un nouvel arrêté liste les associations interdites

Mélanges de phytosanitaires
Un nouvel arrêté liste les associations interdites

Par Ligérienne de presse Le 22 mai 2006
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Un nouvel arrêté liste les associations interdites
L
e ministre de l’Agriculture a publié il y a quelques semaines un arrêté relatif à l’utilisation de mélanges de produits phytosanitaires. Le texte indique les mélanges désormais interdits. En dehors de cette liste, tous les mélanges sont autorisés.

On va désormais y voir plus clair dans le domaine des mélanges de produits phytosanitaires destinés à une application immédiate (extemporanés). L’arrêté pris le 13 mars dernier par le ministre de l’Agriculture et publié au Journal Officiel du 5 avril 2006 s’appuie sur le principe de l’autorisation de tous les mélanges, sauf ceux mentionnés sur une liste et qui restent interdits (voir ci-dessous).

Jusqu’ici la situation était pour le moins complexe puisque des milliers de mélanges étaient provisoirement autorisés dans l’attente d’une évaluation par la Commission d’étude de la toxicité (Com Tox).
“Suite à un inventaire de tous les mélanges pratiqués, et qui restait non exhaustif, un grand nombre de mélanges ont fait l’objet d’un enregistrement provisoire avant leur évaluation toxicologique, explique Philippe Michel, chargé des affaires techniques à l’UIPP (Union des industries de protection des plantes). Mais la procédure était trop lourde, elle aurait nécessité des centaines d’années d’évaluation : 600 000 mélanges seraient pratiqués selon le ministère ! L’arrêté introduit un procédé plus lisible et plus pragmatique par rapport aux réalités du terrain et il était très attendu des utilisateurs.”


Un délai de 24 heures doit être respecté, durant la floraison et au cours des périodes de production d’exsudats, entre l’application d’un produit contenant une substance de la famille des pyrethrinoïdes et l’application d’un produit contenant des triazoles ou des imidazoles (© Viti-net) Cependant, une subtilité subsiste, puisque certains mélanges figurant sur la liste des interdits restent autorisés s’ils ont fait auparavant l’objet d’un enregistrement provisoire et s’ils sont inscrits sur une liste publiée au Bulletin officiel du ministère de l’agriculture. Ces mélanges ont été soumis à une évaluation préalable de leur innocuité et ont été retenus pour leur intérêt agronomique. Pour ces mélanges bénéficiant d’une dérogation, des dossiers de demande d’autorisation sont à déposer avant le 1er janvier 2008. Ces mélanges seront alors évalués par la Com Tox. Ils concernent pour nombre d’entre eux des mélanges de deux produits comportant la phrase de risque R 40 (effet cancérogène suspecté) ou des associations de traitements de semences dont l’un est classé T (toxique).

L’arrêté du 13 mars dernier stipule également qu’un délai de 24 heures doit être respecté, durant la floraison et au cours des périodes de production d’exsudats, entre l’application d’un produit contenant une substance de la famille des pyrethrinoïdes et l’application d’un produit contenant des triazoles ou des imidazoles. Le traitement avec pyrethrinoïdes doit être appliqué en premier.

Le texte rappelle par ailleurs que s’appliquent les “prescriptions d’emploi les plus restrictives fixées pour chacun des produits mélangés”. Des “guides de bonnes pratiques” des mélanges, élaborés par le ministère et soumis à la Com Tox, vont être disponibles auprès des services régionaux de la Protection des végétaux. “Les mélanges ont un intérêt agronomique et économique. L’arrêté du ministère va dans le bon sens car il concilie les aspects agronomiques mais aussi de santé publique et d’environnement”, souligne Philippe Michel. Le chargé des affaires techniques de l’UIPP se réjouit notamment du fait que la “phrase de risque” R 43 (risque de sensibilisation par contact avec la peau) soit exclue des mélanges interdits alors qu’auparavant les mélanges de produits classés R43 n’avaient pas reçu d’autorisation provisoire. Cette situation posait problème notamment en viticulture où nombre de fongicides anti-mildiou ou anti-oïdium comportent la phrase R43, un risque que l’UIPP juge non scientifiquement fondé et aisément contournable par des équipements de protection.

Les mélanges interdits L’arrêté du 13 mars 2006 interdit l’utilisation des mélanges extemporanés comprenant :
- au moins un produit étiqueté très toxique (T+);
- ou au moins un produit étiqueté toxique (T);
-au moins deux produits comportant une des phrases de risque R 40 (effets cancérigène suspecté) ou R 68 (possibilité d’effets irréversibles);
-ou au moins deux produits comportant la phrase de risque R48 (risque d’effet graves sur la santé en cas d’exposition prolongée);
-ou au moins deux produits comportant une des phrases de risques R 62 (risque possible d’altération de la fertilité) ou R 63 (risque possible pendant la grossesse d’effets néfastes pour l’enfant) ou R 64 (risque possible pour les bébés nourris au lait maternel).

Sont également interdits :
- les mélanges comprenant au moins un produit de classe 4 pour les risques aquatiques ou terrestres dont la zone non traitée à respecter en bordure des points et cours d’eau est de 100 m ou plus.
- les mélanges utilisés durant la floraison ou pendant la production d’exsudats comportant un produit contenant une substance de la famille des pyrethrinoïdes et un produit contenant des triazoles ou des imidazoles.







Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé