Accueil / Commerce/Gestion / L'Europe est notre premier client

Exportation
L'Europe est notre premier client

Par Viti-net Le 23 février 2006
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
L'Europe est notre premier client
A
lors que les ventes de vin baissent en France, l'export reste un débouché en progression. Pas toujours facile d'accès, il parait indispensable d'atteindre un volume conséquent pour pouvoir y faire sa place. Pour cela, les vignerons utilisent divers canaux de prospection et privilégient les pays européens.

L ors de l’enquête réalisée en 2003, les vignerons interrogés nous avaient indiqué que la part des volumes de l’année 2002 commercialisés à l’export était en moyenne de 23,6%. Pour l’année 2004, les mêmes vignerons nous indiquent une moyenne à l’export de 24,76%. Il y a donc une légère évolution à la hausse des volumes commercialisés vers l’étranger en deux ans.
En revanche, dans le détail, on constate que le pourcentage d’exploitations qui exportaient moins de 10% de ces volumes a fortement diminué, tandis que la part des non exportateurs augmentait.

 


Il est nécessaire d'exporter un volume minimum pour rester présent à l'export (© DR)

 


Mais ceci est compensé par une hausse du nombre d’exploitations exportant entre 20 et 50% de leurs volumes et voire même plus de 75%
Il semble donc que quelques exploitations se soient retirées du marché export, pendant que d’autres ont connu un certain développement.

Le contact direct avec l'acheteur semble irremplaçable

En matière de prospection, on peut noter une multiplication des méthodes, puisqu'aucune catégorie n’est en baisse, voire même elles sont toutes en
hausse. Seule la participation à des salons professionnels reste stable. Elle est donc rattrapée par le «hasard des rencontres», qui devient la première méthode de prospection pour les vignerons enquêtés.
On notera la faible utilisation de la location des fichiers (7%).

 


Tous les canaux de prospection sont en progression (© DR)

 

Les pays clients des vignerons sont les mêmes depuis 2002

La Belgique reste la principale destination pour l’exportation des enquêtés, puisqu’ils sont plus de 75,6% à desservir ce marché. Pour la deuxième place, l’Allemagne cède son rang à la Grande-Bretagne qui concerne désormais près de 60 % des vignerons interrogés.
Pour le reste, l’ordre du classement des pays est inchangé, avec à noter tout de même un développement vers les Pays-Bas et l’Italie.

 


Les pays d'Europe restent les clients privilégiés des vignerons indépendants (© DR)

 

 

Entre 2002 et 2004, nous retiendrons, quant à l’approche de la commercialisation à l’export de la part des vignerons indépendants consultés :
• Une légère augmentation du volume moyen exporté
• Une hausse du nombre d’entreprises faisant appel à un agent
• Une multiplication des méthodes de prospection
• Et toujours les 5 pays les plus importants : Belgique, Grande-Bretagne, Allemagne, USA et Suisse.



(*) Résultats du questionnaire réalisé par l’Observatoire Économique des vignerons indépendants en fin d’année 2005, auprès de 131 vignerons. Il est important de rappeler que ce panel n’est pas un échantillonnage précis et représentatif de l’ensemble des Vignerons Indépendants de France. Il apporte toutefois des informations et tendances sur le fonctionnement et l’évolution des exploitations viticoles indépendantes. Nous avons notamment pu comparer les données de cette enquête avec celle que nous avions réalisée en 2003.
Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé