Accueil / Commerce/Gestion / Une production et des exportations de vin encore plus importante à l’avenir

Afrique du Sud
Une production et des exportations de vin encore plus importante à l’avenir

Par Ligérienne de presse Le 26 janvier 2006
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Une production et des exportations de vin encore plus importante à l’avenir
A
ctuellement 8ème producteur mondial de vins, l’Afrique du Sud a considérablement augmenté ses exportations depuis une dizaine d’années et son agressivité à l’export devrait encore croître avec une hausse attendue de la production. Longtemps spécialisée en vins blancs, l’Afrique du Sud produit de plus en plus de rouge en réponse à la demande du marché.

A peine 250.000 hl de vins exportés en 1993, dix fois plus en 2003 : en l’espace de 10 ans, l’Afrique du Sud, comme d’autres pays du Nouveau Monde, a considérablement augmenté ses exportations et est devenue un des acteurs les plus offensifs sur le marché mondial du vin. Ses marchés de prédilection sont les pays consommateurs non producteurs : la moitié des exportations de vins sud-africains prennent le chemin de la Grande-Bretagne, environ 20 % celui des Pays-Bas, suivis de la Suède et de l’Allemagne. Autant de pays où l’Afrique du Sud a développé une politique commerciale ambitieuse, facilitée par la grande concentration de la filière vins et spiritueux sud-africaine, où six grands opérateurs (Distell, Guiness UDV, DGB, Jonkheer, E. Snell ans Co et Mooiuistig Winery) contrôlent 90 % du marché. Cette situation leur a permis de consacrer des moyens conséquents à la création des marques fortes et à la communication, afin notamment d’améliorer l’image des vins d’Afrique du Sud.

Ce pays actuellement classé 8e producteur mondial de vin produit entre 7,5 et 10 millions d’hl par an. Sa production, abondante et diversifiée, était il y a quelques années jugée parfois inégale en qualité. Mais les opérateurs du vin sud-africains, dont les trois-quarts sont des coopératives, ont réalisé de réels progrès qualitatifs. Une autre évolution du vignoble sud-africain concerne la place de plus en plus grande faite aux cépages rouges. Dans ce pays spécialisé dans les vins blancs (65% environ de la production), les rouges représentent aujourd’hui un peu plus du quart du vignoble, contre moins de 15% au début des années 90. Entre 2000 et 2003, ils ont concerné la majorité des plantations. Du cabernet-sauvignon, de la syrah, du merlot, du cinsault et aussi du pinotage, ce cépage typique issu d’un croisement entre pinot noir et cinsault, donnant des vins moelleux et épicés, ont ainsi été plantés afin de répondre à la demande du marché. D’ici à 2008, les cépages rouges devraient constituer entre 66,5 et 71,6 % des plantations. Et bien que la South African Wine and Brandy Association estime que la demande intérieure en vin rouge milieu de gamme en 2006-2008 ne pourra être satisfaite sans importations, le vin rouge disponible sur le marché devrait augmenter en moyenne de 8% par an pour atteindre 2,34 millions d’hl en 2008.

Un plan stratégique à l’horizon 2020

Selon le cabinet d’études britannique International Wine and Spirits record, l’augmentation de la production totale de vin d’Afrique du Sud serait de 35% d’ici à 2008 ! Avec l’entrée en production de toutes ces vignes plantées ou sur-greffées ces dernières années, l’agressivité commerciale de l’Afrique du Sud n’est donc pas prête de se calmer… La filière fin sud-africaine a établi un plan stratégique à l’horizon 2020, qui prévoit notamment une production de qualité constante apte à la création de nouvelles marques et la pleine satisfaction des consommateurs et des acheteurs étrangers. L’Australie livre en effet son vin deux fois plus rapidement que l’Afrique du Sud ! Une faiblesse qui, ajoutée au cours élevé du rand par rapport au dollar et à l’euro, pénalise les exportations. Cybercellar.com, une des plus grosses entreprises sud-africaines de vente de vin sur Internet, vient d’ailleurs d’implanter une plate-forme de distribution en Californie avant d’en ouvrir une autre à Bruxelles. Objectifs : gagner sur les coûts de transport et rendre les vins d’Afrique du Sud encore plus compétitifs…


Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé