Accueil / Viticulture / Traçabilité des intrants obligatoire au 1er janvier

Réglementation
Traçabilité des intrants obligatoire au 1er janvier

Par Nathalie Petit Le 25 octobre 2005
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Traçabilité des intrants obligatoire au 1er janvier
A
partir du premier janvier 2006, la tenue d’un registre de traitements phytosanitaires sera obligatoire. Toutes les exploitations viticoles devront répondre à cette nouvelle réglementation : assurer la traçabilité de leurs intrants. Explications.

Très concrètement, il s’agit d’une obligation d’enregistrement. Pour chaque opération au vignoble devront être consignés le nom de l’opérateur, le matériel employé, les produits utilisés avec leur numéro de lot et la dose, les parcelles traitées et les cibles (ravageurs, maladies,…).
Les numéros de lot des produits peuvent être saisis sur le calendrier de traitement ou archivés (via la conservation des étiquettes et des factures, si les numéros des lots y sont mentionnés). Ces exigences de traçabilité s’accompagnent de la nécessité de conserver un certain nombre de documents : fiches techniques et de données de sécurité des produits phytosanitaires, factures, bons de livraison, observations et comptages, mais aussi contrat de maintenance, attestation de réglage du pulvérisateur.
« Tout viticulteur ou négociant est tenu de mettre à disposition de son personnel la fiche technique (FT) et la fiche de données sécurité (FDS) de tout produit utilisé », rappelle-t-on au Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB). « Les FDS peuvent être transmises sous forme électronique. De nombreuses fiches de données de sécurité de produits phytosanitaires, œnologiques ou d’hygiène sont disponibles librement sur le site  www.quick-fds.com. »

Dans le département de la Gironde, la Chambre d’agriculture et les ADAR se sont associées pour créer un classeur d’exploitation viticole, afin de faciliter ces opérations d’enregistrement. Le classeur d’exploitation viticole est aujourd’hui disponible dans les Adar et les centres œnologiques au prix de 15€ HT. Il existe sous deux versions : l’une dite « simplifiée », se destine aux exploitants qui effectuent les enregistrements mais qui ne sont pas, par ailleurs, engagés dans des démarches de traçabilité. La seconde version s’adresse aux viticulteurs qui utilisent ce classeur comme un outil de gestion, d’organisation du travail et de réflexion sur leur exploitation. Bientôt, il sera complété et enrichi par un logiciel de saisie et de traitement informatique, précise la Chambre d’agriculture de la Gironde.


Pour tout renseignement complémentaire, contacter le service Vigne et Vin au 05 56 35 00 00
Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé