LE FIL

Erick Schreiber, viticulteur 

Les arômes proportionnels au système racinaire

Mercredi 23 mars 2005 par Propos recueillis par Nathalie Petit

« Le goût de terroir s’exprime lorsque la plante, en l’occurrence la vigne, va se nourrir dans le terroir » , témoigne Erick Schreiber, viticulteur biodynamiste à Courteron, producteur de vins de Champagne.

« Le goût de terroir n’apparaît que dans les conditions où la vigne va se nourrir de cet humus fixé dans le sol. Pour cela, la plante doit vivre en symbiose avec les micro organismes. S’ils sont présents en qualité et en quantité suffisantes, ils assurent bien mieux que nous une régulation naturelle de la bio disponibilité en éléments minéraux », explique le viticulteur. « Si la terre travaille, l’effet terroir s’exprime. A l’inverse, l’utilisation d’engrais minéraux solubles dans l’eau incite la plante à se nourrir directement dans l’eau et on aura beaucoup moins d’effets terroir. Les vins vont manquer de finesse.

Personnellement, je ne m’occupe plus de la fertilisation de la plante et des apports en N,P,K . Ce rôle incombe complètement au sol et aux micro organismes du sol. C’est leur fonction de réguler la disponibilité des éléments minéraux et ils gèrent ça beaucoup mieux que nous. Nous activons le monde microbien qui va mettre les éléments nutritifs à la disposition de la vigne. Ce monde est immense, 1 gramme de sol contient jusqu’à un milliard d’organismes vivants. Et plus le sol est vivant, plus les racines vont loin en profondeur. Et plus le système racinaire est grand et étendu, plus vous augmentez votre complexité d’arômes », constate Erick Schreiber. « Nos vins sont beaucoup plus complexes depuis qu’on fait la biodynamie, il y a plus de matière. Nous avons des vins qui reflètent la typicité de notre sol et c’est là certainement ma plus grande satisfaction, celle de produire un champagne de qualité. »


RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé