Accueil / Commerce/Gestion / Une bonne image pour les vins médaillés

Concours général agricole
Une bonne image pour les vins médaillés

Par Vitisphere Le 03 mars 2005
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Une bonne image pour les vins médaillés
L
es vins médaillés au concours général agricole du Salon de l'Agriculture de Paris se vendent mieux et permettent aux producteurs de gagner en notoriété, assurent les professionnels.

"L'impact d'une médaille est indéniable sur les ventes", affirme Marc  Mispoulet, commissaire délégué au concours des produits du salon.

S'"ils restent très discrets" sur la question, les viticulteurs majorent le  prix d'un vin médaillé "de 10 à 15%", estime Marc Mispoulet. Surtout, la  production se vend plus vite, un avantage majeur pour la trésorerie de  l'exploitant, selon le commissaire délégué.

Sur 12.500 vins présentés au concours cette année, 1.741 ont été  récompensés, soit un sur cinq. Parmi ceux-ci, 631 ont obtenu la plus haute  récompense: une médaille d'or.

Pour Jean Daurat-Fort, qui a gagné cette année quatre médailles dont une  d'or pour son Fitou "Château de Nouvelle" millésime 2003, un vin rouge du  Roussillon, ces récompenses sont d'abord "un encouragement à faire de la  qualité".

M. Daurat-Fort reconnaît majorer légèrement le prix des bouteilles, entre  50 centimes et un euro, pour ses Fitou qu'il vend entre 7,50 et 11 euros, et  vend 80% de sa production directement aux consommateurs sur des salons et des  foires.

Les clients sont "friands de médailles", remarque-t-il. Certains "arrivent  même avec le palmarès du concours" en main.

La grande distribution n'accorde toutefois pas beaucoup d'attention aux  résultats du concours général agricole pour ses achats. Chez Nicolas (groupe Castel), la chaîne spécialisée de magasins de vins, on  concède qu'une médaille représente "un plus", mais n'influence guère le  directeur des achats pour décider de ses visites sur le terrain, et les vins  primés ne sont pas spécialement représentés dans les magasins.

Même constat chez Système U (le cinquième distributeur français avec ses  enseignes "Marché U", "Super U" et "Hyper U"). Les résultats du concours n'ont  "pas d'impact sur nos achats", indique Emmanuel Poidevin, chef de produit  national vins, qui effectue ses propres dégustations.

En revanche, une médaille sur un vin en rayon améliore sensiblement ses  ventes, "de 10 à 15%", qui portent sur des "volumes importants, de l'ordre de  150.000 bouteilles", admet-il. "Une médaille est un gage de qualité, une  caution pour les clients qui pour la plupart ont du mal à choisir leur vin",  selon M. Poidevin.

Au-delà de l'impact commercial direct, le gain en notoriété apporté par les  médailles du concours général agricole représente un enjeu à long terme pour  les viticulteurs, notamment les jeunes, et pour les régions de production qui  souffrent d'un déficit d'image, comme le Languedoc-Roussillon.

C'est ce travail sur la qualité et sur la notoriété qui intéresse au  premier chef Jérôme Bertrand, 34 ans, qui a repris en 1993 les vignes  familiales et qui présente ses vins au concours chaque année depuis 10 ans.

Lauréat d'une médaille d'or pour son Fitou "Cuvée des Terrasses Buguie"  2003, il estime que les vins du Languedoc-Roussillon "progressent depuis  plusieurs années et commencent à être reconnus" même s'il reste "encore  beaucoup de travail à faire".


Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé