Accueil / / Coup de frein sur le prix des vignes

Foncier viticole
Coup de frein sur le prix des vignes

Par Ingrid Proust, Ligérienne de presse Le 24 juin 2010
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Coup de frein sur le prix des vignes
L
e marché du foncier viticole en Aoc n’a progressé que de 2,5% en 2009, contre 9,6% en 2008 selon la Fédération nationale des Safer. Le nombre de transactions a chuté et la morosité du marché concerne la plupart des régions viticoles.

Pour la première fois depuis 1995, le prix des terres agricoles libres a reculé : moins 1,6% en moyenne à 5 090 euros l’hectare, selon la Fédération nationale des sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (FN Safer).


 Le net ralentissement en 2009 est du aux faibles progressions enregistrées dans le Bordelais et la Champagne : le prix des vignes n’a gagné que 2,5 % en Champagne et 2 % en Bordelais contre respectivement 15 % et 7,4 % en 2008 (© JC)

Dans ce marché en berne, le foncier viticole fait plutôt bonne figure : le prix des vignes Vqprd a progressé de 2,5% en 2009. “Le prix des vignes Aoc/Aop et Vdqs s’établit à 93 300 euros/ha, contre 91 100 euros/ha en 2008 et 83 200 euros/ha en 2007”, précise la FN Safer.

La situation est pourtant plus dégradée qu’il n’y paraît. La FN Safer parle même de “coup de frein” au vu de la progression du foncier viticole pendant des années. “Les prix des vignes de qualité avaient augmenté depuis 15 ans, portés par la croissance mondiale et la baisse des taux d’intérêt”, indique la Fédération, qui rappelle qu’en 2008 la hausse des prix des vignes de qualité avait atteint 9,6%. “La baisse de revenu des viticulteurs a pour conséquence une nette fermeture du marché des vignes après la croissance soutenue des trois dernières années”.

Pour la FN Safer, cet ajustement du marché face à la conjoncture économique morose pourrait être le prélude à une baisse des prix des vignes si la crise persiste. Le net ralentissement en 2009 est du aux faibles progressions enregistrées dans le Bordelais et la Champagne : le prix des vignes n’a gagné que 2,5 % en Champagne et 2 % en Bordelais contre respectivement 15 % et 7,4 % en 2008. Le prix moyen de l’ha en Champagne se négocie toujours cependant à plus de 800 000 euros (850 200 en 2009) contre 11 200 en Languedoc-Roussillon, à l’autre bout de l’échelle. Le prix moyen de l’ha à Bordeaux frôle les 67 000 euros en 2009. Pour les vignes produisant des vins de pays ou sans IG, les prix s’établissent en moyenne à 10 600 euros/ha, leur plus bas niveau depuis 1998.

Le nombre de transactions en baisse de 14 %

Au plan national, les transactions de terres viticoles en 2009 ont baissé de 14 % en nombre, de 16 % en surface et de 19 % en valeur. La FN Safer a observé un certain retournement de tendance parmi les acquéreurs : après une nette hausse ces dernières années des acquisitions effectuées par des exploitations sociétaires, la part de marché des exploitants individuels tend à progresser en 2009 sur le marché foncier viticole.

Hormis en Charentes-Cognac, où elles marquent un fort retrait, les acquisitions des personnes physiques agricoles se contractent en général moins que celles de leurs homologues sociétaires” commente la FN Safer. Les exploitants individuels ont représenté en 2009 59 % des transactions en nombre, 49 % en surface et 32 % en valeur. “Pour s’agrandir d’un hectare, les viticulteurs investissent en moyenne 17 années d’activité sans charge supplémentaire de personnel et 23 années dans le cas contraire (contre respectivement 8,8 et 9,4 pour les terres et prés), souligne la Fédération. Il faut désormais 30 années d’activité pour acquérir un hectare dans le cadre d’une installation, soit trois fois plus qu’en 1998”.

La baisse des transactions a touché la plupart des régions viticoles, sauf la Corse, où le nombre de transactions a bondi de 57 % par rapport à 2008, le Val de Loire-Centre, qui progresse légèrement en surface, et le bassin Vallée du Rhône-Provence, en stabilité. Le prix de l’ha de vigne Vqprd a gagné 12,5% en Corse à 12 600 euros, porté par une conjoncture économique satisfaisante. En Val de Loire Centre, le foncier viticole AOC est stable, en vallée du Rhône-Provence il gagne 2,7%. La progression atteint près de 4% en Bourgogne-Beaujolais-Savoie-Jura (113 800 euros l’ha AOC en moyenne), 3,7% en Languedoc-Roussillon, 3,8% dans le Sud-Ouest et n’est que de 1,8% en Alsace (133 200 euros).


Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé