Accueil / Commerce/Gestion / L'Australie dans une mauvaise passe

Conjoncture
L'Australie dans une mauvaise passe

Par Ligérienne de Presse Le 29 janvier 2004
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
L'Australie dans une mauvaise passe
A
près avoir atteint des niveaux impressionnants, les exportations australiennes de vin ont nettement chuté en novembre dernier : la baisse atteint 27 % en valeur et 22 % en volume. Les vins australiens se sont moins vendus en Europe et aux Etats-Unis, contraignant les producteurs à revoir leurs objectifs à la baisse, dans un contexte de surproduction et de hausse du dollar australien.

La déferlante des vins australiens s'achemine-t-elle vers le creux de la vague ? Les derniers chiffres publiés début janvier par le Bureau australien des statistiques (ABS) sur les exportations vinicoles de l'Australie laissent paraître en tout cas pour fin 2003 une nette diminution des ventes des vins produits dans ce pays qui constitue un des fers de lance du Nouveau Monde. Les exportations de vins australiens ont chuté de 27 % en novembre 2003 par rapport au mois précédent. La valeur totale des ventes en novembre dernier a été de 118 millions de dollars US contre environ 163 millions en octobre 2003. Le prix moyen du litre de vin a lui aussi reculé de 3,8 dollar en novembre 2002 à 3,2 dollar fin 2003. En volume les vins exportés ont baissé de 22,2 % à 37,3 millions de litres.

Baisse des ventes

Ce net repli des exportations subi par l'Australie, toujours très active sur les marchés internationaux, est en partie imputable à une baisse des ventes de 6 millions de litres en Europe et de 4 millions aux Etats-Unis. Les exportations australiennes aux Etats-Unis avaient pourtant fait un bond de 19 % entre l'été 2002 et l'été 2003. C'était encore le temps où l'Australie affichait une croissance insolente à l'export... Ses exportations de vins avaient en effet atteint le chiffre record de 1, 8 milliards de dollars entre juin 2002 et juin 2003 !

Le conseil australien des exportations n'avait pas caché il y a quelques mois qu'il espérait atteindre les 2,3 milliards de dollars au cours de l'année financière 2003/2004. L'évolution des choses contraint aujourd'hui les Australiens à revoir leur objectif à la baisse, vers un niveau plus réaliste. La conjoncture est en effet loin d'être favorable et cette baisse des ventes enregistrée en novembre pourrait bien ne pas rester un phénomène isolé. La nette hausse du dollar australien face au billet vert américain handicape les exportations. Sur le marché boursier en 2003, les valeurs australiennes du marché du vin ont vu leurs cotations baisser, fragilisant ainsi les wineries atteintes de surcapitalisation boursière.

Surproduction

Mais la viticulture australienne souffre aussi d'un autre mal, plus profond : la surproduction. Le vignoble du pays a plus que doublé en 10 ans, et une récolte record, en hausse de 19 % par rapport à 2001, y a été enregistrée en 2002. Le marché intérieur du vin en Australie étant plutôt faible, le pays s'est montré largement offensif à l'export depuis le début des années 90 avec le succès que l'on sait. Or aujourd'hui la tendance fléchit sur nombre de ses marchés internationaux.

Les professionnels du vin australiens auraient-il mangé leur pain blanc ? Déjà l'été dernier, la filière semblait se laisser gagner par l'inquiétude : un rapport établi par KPMG Wine Industry Group, un cabinet d'études australien, expliquait que les nouveaux opérateurs étaient étonnés de voir s'essouffler le cycle de croissance des années 90 et qu'une "morosité ambiante" était perceptible dans la viticulture australienne. "Le ralentissement de l'économie mondiale, ainsi que la concentration au niveau des metteurs en marché et la mise en production de jeunes vignobles dans les pays du Nouveau Monde, sont des éléments qui créent plus de risques, rendant l'environnement international plus compétitif pour tous les opérateurs" soulignait alors Alexandra McPhee, l'auteur du rapport. KPMG Wine Industry Group estimait malgré tout que la morosité exprimée par rapport à l'évolution de la filière était exagérée. Mais six mois après, force est de constater que la situation a de quoi engendrer quelque inquiétude pour les producteurs australiens...


Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé