Accueil / Viticulture / Premier millésime d'une école d'ingénieurs de Bordeaux

Château Luchey
Premier millésime d'une école d'ingénieurs de Bordeaux

Par Vitisphere Le 08 décembre 2003
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Premier millésime d'une école d'ingénieurs de Bordeaux
M
ERIGNAC (Gironde), 7 déc (AFP) - La prestigieuse appellation bordelaise Pessac-Léognan compte depuis peu un 64e château, Luchey-Halde, dont le propriétaire singulier est l'Ecole nationale d'ingénieurs des travaux agricoles (Enita) de Bordeaux.

"C'est un cas unique en France", sourit Jean Magne, qui cumule les fonctions de directeur de l'Enita, établissement d'enseignement supérieur et de recherche sous tutelle du ministère de l'Agriculture, et du château Luchey-Halde, à Mérignac. "Nous utilisons cette exploitation dans notre pédagogie, en particulier pour nos étudiants de la filière viticole", explique-t-il.

Les premières vignes ont été plantées à Luchey à l'époque romaine et le vin de Luchey était, selon les chroniqueurs, le vin de Graves favori de l'empereur Napoléon Ier.

"Mais en 1919, l'armée a racheté le domaine et a arraché les vignes. Quatre-vingt ans plus tard, l'Enita a racheté ces terres et replanté des vignes", précise Jean Magne.

Le premier millésime, celui de l'année 2002, a été mis officiellement vendredi en bouteille à Mérignac, en présence de la comédienne Marthe Mercadier.

"Je suis fière et ravie que vous ayez pensé à moi. C'est ici mon pays d'adoption, un coup de foudre qui dure quand même depuis 18 ans", a déclaré Marthe Mercadier, marraine de ce premier millésime.

"Le vin est boisé, fort, il a un fort tanin et ma passion c'est le tanin", a estimé la comédienne.

Le domaine de Luchey-Halde couvre aujourd'hui près de 20 hectares de vignes de vin rouge. En 2003, un quart d'hectare de vin blanc a également été récolté.

"Nous avons eu la chance de créer tout le vignoble en une seule fois, en sélectionnant les cépages les mieux adaptés aux sols", ajoute le directeur, qui évoque un "exemple rare de reconquête du tissu urbain par un vignoble".

"C'est particulièrement motivant et valorisant de créer un vignoble et de goûter ce premier vin, issu de vignes jeunes", affirme Serge Charriet, oenologue conseil du domaine.

Le millésime 2002 se compose ainsi de 4.200 bouteilles d'un premier vin, le château Luchey-Halde, dont le cépage est constitué pour 60% de cabernet et pour 40% de merlot et de 23.000 bouteilles d'un second vin, les Haldes de Luchey (90% de cabernet, 10% de merlot).

L'élevage se fait en barriques neuves, pendant une durée de 12 mois.

D'ici trois à quatre années, l'école espère produire 100.000 bouteilles de vin rouge et 20.000 bouteilles de blanc.

"C'est bien un vin de Pessac-Léognan", a déclaré André Lurton, président du syndicat viticole de Pessac-Léognan, tandis que Serge Charriet évoquait "un vin légèrement boisé, au goût de fruits rouges mûrs".

Le prix est conforme à l'appellation, autour de 25 euros la bouteille pour le premier vin, 15 euros pour le second.

"En l'absence de notoriété et d'ancienneté, il n'était pas facile de fixer un prix. Nous avons choisi de couvrir nos charges, sans faire vraiment de bénéfice", a justifié Jean Magne, qui rappelle que l'investissement a été financé par l'établissmenent sur ses ressources propres, pour plus de 8 millions d'euros.


Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé