LE FIL
LE FIL DES ACTUALITÉS
Fermer
Fermer

Touche pas à mon contrat vendange

Avertissements de la filière vin au gouvernement

Jeudi 18 septembre 2014 par Alexandre Abellan

Touche pas à mon contrat vendange : avertissements de la filière vin au gouvernement

« Les exonérations salariales dont bénéficient les vendangeurs seront supprimées à partir de l’an prochain » annonçait ce 9 septembre le quotidien les Echos, précisant que ce projet gouvernemental intervient « dans le cadre du plan d’économies [du prochain Budget], qui prévoit 21 milliards de baisses de dépenses » pour 2015. Ce scoop tombant en pleine période de vendanges, le sang des représentants de la filière vin n'a fait qu'un tour. A commencer par Jérôme Despey (président du Conseil Spécialisé Vin de FranceAgriMer et secrétaire général adjoint de la FNSEA), qui a envoyé ce 16 septembre une lettre ouverte à Stéphane le Foll (ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement) pour dénoncer « un nouvel affaiblissement du dispositif d’exonérations pour les saisonniers agricoles ». Craignant un dumping social (et le recours croissant à « des sociétés de prestations de services étrangères »), le viticulteur héraultais souligne la nécessité compétitive du dispositif « pour faire face à la concurrence de pays, notamment intra-communautaire, bénéficiant de réglementations sociales plus souples ».

Même écho du Jura, à Darbonnay, où la Confédération Nationale des producteurs de vin et eaux de vie de vin à AOC tient aujourd'hui sa réunion de vendanges. Président de la CNAOC, Bernard Farges, estime ainsi que « cette décision, si elle est avérée, est complètement insensée. Elle va contre l’emploi ! » Revendiquant la création de ce système de contrat saisonnier, la CNAOC rappelle qu'il « s’adapte aux spécificités des travaux de vendanges : durée d’embauche maximale d’un mois, exonération de la part salariale des cotisations d’assurance sociale, possibilité pour les personnes déjà salariées de travailler sous contrat-vendanges pendant leurs congés payés, etc. »

D'après les estimations de l'ANEFA, 300 000 contrats vendanges seraient signés chaque millésime (cliquer ici pour en savoir plus).

 

 

[Photo : Estampa de septiembre par José Ramón Luna, EnTomelloso]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé