LE FIL

Orage de grêle

Entre 30 et 100 % de pertes sur le vignoble de la Clape

Lundi 16 juin 2014 par Anne Serres

Orage de grêle : entre 30 et 100 % de pertes sur le vignoble de la Clape

Un orage de grêle a frappé vendredi soir le vignoble de la La Clape, entre Narbonne et Gruissan. Après de premières estimations à chaud, le travail d'expertise et l'évaluation plus précise des dégâts a commencé ce lundi au vignoble. Le secteur de Ricardelle a été particulièrement touché ; le château de Ricardelle, qui appartient à Thomas Nègre et le domaine de Ricardelle, propriété de la famille Jousseaume, auraient vu, chacun, plus de 90 % de leur récolte détruite. Le président de l'appellation, Christophe Bousquet, estime ce lundi que les dégâts « sont concentrés sur le flanc ouest de la Clape, sur la commune de Narbonne, pour un total de 250 ha touchés à hauteur de 10 à 100 % de la récolte. »  Lui-même a perdu un tiers de sa récolte au domaine de Pech-Redon.

Les dégâts occasionnés par la grêle pèseront lourd sur la vendange 2014 à La Clape mais aussi sur la vendange 2015 puisque les sarments porteurs des bourgeons de l'an prochain ont eux aussi été abîmés ou détruits par les grêlons. « Mais la technicienne de la Chambre d'Agriculture est passée ce matin dans les vignes et a rencontré tous les vignerons : les mesures de cicatrisation sont mises en œuvre pour sauver ce qui peut l'être de la vendange 2014 et limiter les pertes sur 2015 », précise Christophe Bousquet.

Cet incident est particulièrement dommageable pour l'appellation, d'autant que, les orages de grêle étant rares dans cette zone, nombreux sont les propriétaires qui avaient fait le pari de ne pas souscrire une coûteuse assurance anti-grêle et pour cause : « de mémoire de vigneron on n'avait pas vu un événement de cette violence », rappelle Christophe Bousquet. Reste l'espoir d'obtenir un classement en état de catastrophe naturelle par arrêté interministériel, qui permettra de faire jouer la clause de garantie de ces événements dans les assurances-dommages. « La procédure est en bonne voie », conclue Christophe Bousquet, « même si l'indemnisation ne remplira ni les cuves ni les comptes en banque ».

 

[Photo : Chris Maker]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé