LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Bordeaux Vinipro

Un salon bisannuel, un site de rencontres perpétuel

Vendredi 31 janvier 2014 par Alexandre Abellan

Bordeaux Vinipro : un salon bisannuel, un site de rencontres perpétuel

« A l'entrée du salon, vous trouverez un rack pour déposer vos cravates. Comme on déposait les ceinturons dans un saloon, vous serez désarmés à Vinipro pour mieux (re)découvrir les vins de Bordeaux et du Sud-Ouest ! » s'enthousiasme Xavier Planty. Pince-sans-rire, le directeur du chateau Guiraud (Sauternes) donne ici toute la mesure de la démarche décalée et inédite du « rendez-vous avec la nouvelle génération des vins de Bordeaux et du Sud-Ouest ». A un mois de l’événement, l'idée assumée est bien de ne pas faire dans le classique, mais dans le décapant, pour démystifier le monde du vin et mieux coller aux nouvelles générations de consommateurs. Le salon prévoit ainsi des espaces qui risquent de déstabiliser certains visiteurs professionnels : pause hamac, arrêt ludique (billards et mini-golf à disposition), restauration à la mode food truck, speed tastings et les dégustations à l'aveugle dans une prometteuse « boîte noire ».

Misant sur les nouvelles technologies, le salon ne devrait être que la facette physique, et ponctuelle, d'une démarche numérique au long cours. Se définissant comme un support de rencontres entre professionnels (« pour relation à long terme »), le site internet de Bordeaux Vinipro a en effet vocation à vivre entre deux éditions (le salon est bisannuel, en alternance avec Vinexpo). Mis en place en un temps record (la production bordelaise y travaille depuis un an et demi, le négoce et le Congrès et Expositions de Bordeaux le soutenant depuis quelques mois), ce projet ambitieux est un véritable « acte politique » pour le négociant Benoit Calvet, qui se félicite d'une première historique : l'union de l'ensemble de la filière autour d'un même projet.

Avec ce nouveau salon, il s'agit d'abord de « combler un manque régional, en complément et non en concurrence de Vinexpo. Ce n'est d'ailleurs pas de Vinipro dont il s'agit, mais de Bordeaux Vinipro, pour rassembler les vins de Bordeaux et du Sud-Ouest » souligne Eric Dulong, le tout frais président de la non moins récente SAS Vinipro (« une start-up créée de toutes pièces pour soutenir le projet »). Si enjeu est régional (et se focalise sur les vins du cœur de gamme), le salon sera aussi l'occasion de redorer l'image d'un millésime 2013 enterré avant d’être né, avec la présentation en avant première des vins « frais » de Bordeaux (rosés, blancs secs et moelleux). « Et il n'y aura que des bonnes surprises ! » annonce d'ores et déjà Bernard Farges, le président du Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux.

Avec un budget de 750 000 euros (financement intégralement privé), cette première édition se donne pour objectif de s'implanter dans le calendrier des professionnels, entre le salon Vinisud et Prowein. 250 à 300 châteaux et maisons de négoce devraient accueillir 10 000 visiteurs du 3 au 5 mars. Si le prix des stands est attractif (1 950 euros l'emplacement type, commun à tous les exposants pour amplifier l'aspect "village"), celui des entrées sans invitation est plus dissuasif (100 euros le ticket).

 

 

[Photo : réunis au bar du CIVB ce 30 janvier (de gauche à droite) Bernard Farges, Xavier Planty, Eric Dulong et Benoit Calvet]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé