LE FIL

Vignoble de Côte d'Or

Les orages de grêle déciment le potentiel de récolte [actualisé]

Mercredi 24 juillet 2013 par Alexandre Abellan

Vignoble de Côte d'Or : les orages de grêle déciment le potentiel de récolte [actualisé]

Accompagnés de pluie et de grêle, de forts orages ont touché de nombreuses régions françaises ce 23 juillet. En fin d'après-midi, Keraunos (l'Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents) annonçait que « des domaines viticoles ont été inondés en Bourgogne, entre Côte-d'Or et Saône-et-Loire ». Déjà touchée ce printemps par d'importantes inondations (et début juillet par la grêle), la Bourgogne se réveille une nouvelle fois avec les pieds de vigne dans l'eau. La mairie de Savigny-lès-Beaune venait juste d'achever les dossiers de catastrophe naturelle pour les caves inondées qu'elle se prépare à monter ceux pour le vignoble du village, dévasté.

Présidente de l'Appellation Savigny-lès-Beaune, Caroline Chenu (domaine Louis Chenu) décrit un véritable catastrophe viticole. « Jusqu'à hier midi nous avions une récolte. Maintenant nos feuilles sont hâchées, la moitié des baies est à terre et le reste est abîmé... Les bois sont très endommagés, on ne sait même pas sur quoi on va tailler en 2014. » Relayés par les médias sociaux, de nombreux témoignages font état d'importants dégâts, comme les photos d'inondation de Nicolas Rossignol (Domaine Clos de la Chapelle) ou les clichés de feuillage lacéré de Caroline Parent Gros (domaine Caroline Parent et Associés). Le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne est en train de réaliser une estimation des pertes de récoltes, qui iraient déjà de 5 à 40 % selon les parcelles à Meursault, de 10 à 90 % sur Beaune (notamment à 90 % pour le Clos des Mouches), de 20 à 50 % à Monthelie (surtout dans les premiers crus), de 30 à 50 % à Aloxe-Corton, de 30 à 70 % sur Volnay et de 50 à 90 % à Pommard.

Cette catastrophe climatique est une très mauvaise nouvelle pour la filière bourguignonne, qui espérait enfin renouer avec une production conséquente pour les vendanges 2013. « Il est essentiel que nous ayons une bonne récolte 2013 » déclarait Pierre Henry Gagey lors de la dernière assemblée générale du BIVB, qu'il préside. Après les faibles rendements de 2012, Caroline Chenu  ne sait pas « comment la filière va se relever. Nous sommes clairement dépassés. » Président de l'appellation Monthelie, Paul Garaudet (domaine Paul Garaudet) se fait également du souci « pour les jeunes. Ils sont créatifs, pleins d'idées et d'envie, mais comment les retenir dans la filière et les motiver quand, depuis 2010, nous enchaînons les petites récoltes ? Nous ne sommes pas là pour pleurer ou demander quoique ce soit, mais les taxes et les frais ne baissent pas, que l'on ait du vin ou pas... »

Cette année, deux orages de grêle ont déjà marqué le potentiel de production français : le 17 juin à Vouvray (l'aire d'appellation ravagée au 2/3) et le 9 juillet à Crozes Hermitage (30 % de l'AOC variablement touchés). Ce 24 juillet, les risques d'orage restent élevés sur le nord-est de la France, avec grêles et fortes pluies. L'accalmie arrive progressivement par la façade ouest.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé