Accueil / Commerce/Gestion / France : des vendanges s'élevant au mieux à 46,6 millions d'hectolitres de vins

D'après le ressenti de la filière, le potentiel de récolte actuel se trouve nettement dans la fourch
France : des vendanges s'élevant au mieux à 46,6 millions d'hectolitres de vins

Par Alexandre Abellan Le 19 juillet 2013
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
France : des vendanges s'élevant au mieux à 46,6 millions d'hectolitres de vins
C

e début juillet, la note de l'Agreste estimait que les vendanges françaises pourraient s'élever à 46,65 millions d'hectolitres, ce qui serait à peine supérieur à la moyenne des cinq derniers millésimes (+3 %), mais nettement plus important que l'historiquement faible récolte de 2012 (+13 %). Qualifié d'incertain par le Service de la Statistique et de la Prospective, ce potentiel de récolte pâtit des conditions climatiques « froides et pluvieuses du printemps » qui retardent le développement végétatif de l'ensemble du vignoble français. Ainsi la floraison des vignes a été observée avec 10 jours à trois semaines de retard selon les régions. Cette étape clé pour prévoir la récolte 2013 n'était d'ailleurs pas achevée dans tout le vignoble au moment de ces estimations.

D'après le ressenti de la filière, le potentiel de récolte actuel se trouve nettement dans la fourchette haute des estimations. Délégué de la filière vin à FranceAgriMer, Eric Rosaz rapporte que lors du dernier Conseil Specialisé « beaucoup de professionnels ont témoigné de phénomènes de coulage, notamment sur grenache en vallée du Rhône. D'après eux, il ne faut pas s'attendre à une récolte pléthorique. Ce sera mieux que 2012, mais il n'est pas pas certain que la moyenne quinquennale soit atteinte. »

Si l'état sanitaire du vignoble a été globalement sain ce printemps, d'importants phénomènes de filage des boutons floraux ont été observés à cause des pluies et faibles températures, notamment sur le cépage savagnin en Jura (vignoble ou le poulsard est également touché par la coulure). Des évènements climatiques exceptionnels réduisent également le potentiel de production hexagonal. En début d'année, des épisodes de gel ont rogné les rendements en val de Loire, tout comme des orages de grêles localisés sur de nombreux vignobles (Bourgogne, Charentes, Provence,...). Responsable des statistiques et de la prospective pour la filière vin, Caroline Blot met en avant « deux évènements qui ont fait beaucoup de mal. Les orages de grêle du 17 juin à Vouvray [l'aire d'appellation ravagée au 2/3] et le 9 juillet à Crozes Hermitage [30 % de l'AOC variablement touchés, sans compter des dégâts en Saint-Joseph et Saint-Péray]. » Avec le réchauffement estival, la pression des maladies cryptogamiques se fait désormais sentir avec force dans les régions où se développent mildiou et oïdium.

 

 

[Illustration : détail du dernier bulletin de conjoncture de la SSP]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé