Accueil / Commerce/Gestion / Pernod Ricard : la stabilité des ventes du Nouvel An Chinois n'empêche pas de miser sur l'Asie

Numéro deux mondial des vins et spiritueux, Pernod Ricard annonce un remaniement de son exécutif...
Pernod Ricard : la stabilité des ventes du Nouvel An Chinois n'empêche pas de miser sur l'Asie

Par Alexandre Abellan Le 02 mai 2013
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Pernod Ricard : la stabilité des ventes du Nouvel An Chinois n'empêche pas de miser sur l'Asie
N

uméro deux mondial des vins et spiritueux, le groupe Pernod Ricard vient d'annoncer une vague de remaniement de son exécutif, que l'on pourrait qualifier de tsunami au vu de son orientation asiatique. Ces 8 nominations touchent en effet la Chine, le Japon, mais aussi Singapour, la Thaïlande... A partir du premier juillet prochain, l'actuel directeur général du Duty Free de Pernod Ricard Asie (Thibaut de Poutier de Sone) deviendra le directeur du développement commercial du groupe, le directeur général de l'antenne chinoise (Con Constandis) sera promu directeur général de la branche duty free Asie, etc.

Avec cette restructuration de ses ressources humaines, Pernod Ricard affirme sa volonté de s'imposer comme acteur international leader des marchés asiatiques de vins et spiritueux. D'après les simulations du groupe, Pernod Ricard était en 2011-2012 le premier opérateur asiatique de spiritueux occidentaux (concentrant 13 % des parts de marché). Entre 2002 et 2012, les ventes de vins et spiritueux du groupe ont été multipliées par 7 en Asie, alors que le groupe considère toujours « que le potentiel de développement asiatique est encore important ». Les ventes des cognacs Martell y soulignent ces tendances, comme les vins premium (+17 % en Asie).

Sur les neuf premiers mois de l'exercice 2012-2013, la croissance du chiffre d'affaire du groupe s'est ralentie (avec 6,65 milliards d'euros, +4 % par rapport à la période précédente). Selon le groupe, ces résultats témoignent cependant d'une bonne résistance à une situation macro-économique difficile. Alors que le marché européen reste morose (-3 %) et que la consommation amorce un nouveau départ aux Etats-Unis (+7 %), les marchés émergents marquent cependant un net coup d'arrêt dans leur développement (+10 %). L'Asie représente actuellement 40 % du chiffre d'affaires du groupe (la France en représente moins de 8 %). Le chiffre d'affaires en Chine du groupe affiche une hausse importante (+10 %), mais cette croissance est principalement due aux bons résultats du premier semestre. Les ventes ont été particulièrement décevantes durant le Nouvel An Chinois, restant stables par rapport à l'an passé.

Au contraire d'autres marchés émergents consolident leur développement, comme l'Inde (+17 %), la Russie, l'Afrique et le Moyen-Orient (+12 %)... Les nouveaux relais de croissance à l'export commencent à se dessiner, comme le montre la liste des marchés émergents prioritaires pour le groupe. Si l'on y trouve toujours la Chine, le Brésil, La Russie, il y a également l'Arabie Saoudite, le Vietnam, la Turquie, l'Ethiopie, les Caraïbes, le Kazakhstan...

 

 

[Illustration : logo chinois du groupe Pernod Ricard]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (1)
Robert G. Le 02 mai 2013 à 17:41:10
La stabilité, faut voir ce que c'est et surtout de quel niveau elle partait ! Soit c'est un palier pour les spiritueux (plus que les vins) de Pernod, soit c'est un efet des... phtalates! N'oublions pas que l'image du "made in france" a été écornée, peutêtre durablement. Et heureusement qu'Arnaud Montebourg ne s'est pas encore penché sur les V&S, ce serait direct le mur sinon...
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé