Accueil / / Vins médaillés : le concours doit être agréé pour que la récompense puisse être étiquetée

Impartialité des jurés, disponibilité des lots, pas plus d'un tiers de vins présentés récompensés...
Vins médaillés : le concours doit être agréé pour que la récompense puisse être étiquetée

Par Alexandre Abellan Le 19 avril 2013
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Vins médaillés : le concours doit être agréé pour que la récompense puisse être étiquetée
C

ombien de concours régionaux, nationaux et internationaux de dégustation de vins la France accueille-t-elle ? On peut avancer qu'il en existe au moins une cinquantaine. Il existe sans doute autant de médailles pour annoncer les récompenses, déclinées en bronze, argent et or... Mais pour continuer à décerner ces macarons, les concours français devront être inscrits sur une liste du Ministère de la consommation (et plus particuliérement les services de la direction générale de la concurrence). Annoncée par un décret de mars 2012, cette liste a vu ses règles précisées en février dernier. A partir du premier janvier 2014, tout concours vinicole devra déposer six mois avant sa tenue son dossier d'inscription (essentiellement son règlement). Le cas contraire, il ne pourra être agréé et décerner des récompenses étiquetables lors de la commercialisation. De manière transitoire, les concours se déroulant le second semestre 2013 doivent s'inscrire trois mois avant.

Le décret ministériel définit un concours vinicole comme étant « la mise en compétition de vins candidats pour obtenir une récompense sur la base de leurs qualités organoleptiques qui sont évaluées par un jury compétent ». La loi définit également le cadre précis d'un concours : le pourcentage de vins récompensés (au plus un tiers), la disponibilité des vins présentés (au moins 1 000 litres d'un lot homogène), le nombre minimum de compétiteurs d'un concours (trois au moins, l'expérience du jury (constitué au moins au deux tiers de dégustateurs compétents)... L'application du principe d'impartialité des dégustateurs sera peut-être moins évidente à mettre en application. Chaque membre de jury devra désormais signer une déclaration sur l'honneur « mentionnant leurs liens, directs ou indirects, avec les entreprises [ou organisations professionnelles] dont les activités, produits ou intérêts peuvent concerner les vins présentés au concours ». A l'avenir on ne devrait plus voir un président d'appellation dégustait en concours les vins de son syndicat.

 

 

Retrouvez les consultants spécialisés dans le droit du vin sur le Salon Virtuel de Vitisphere

 

[Photo : vins dégustés lors du Concours des Grands Vins du Languedoc-Roussillon, Alexandre Abellan]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé