Accueil / Edito / Le monde ne viendra pas toujours à nous,

Le monde ne viendra pas toujours à nous,

Par Michel Remondat Le 22 avril 2013
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le monde ne viendra pas toujours à nous,
L

’avantage de la vitiviniculture, c’est que le monde vient vers nous. C’est l’une des raisons pour laquelle la part du vin (en valeur) dans le commerce mondial fait de la France un champion alors que la part de notre pays (tous secteurs confondus) est passée de 7,8% en 1995 à 6,3% en 2012 !

Pendant que les acheteurs anglais commencent à référencer des vins chinois (lire la Revue de presse de Vitisphere), pendant que le Chili et l’Argentine augmentent leur production (voir les prévisions de récoltes 2013 dans l’Hémisphère Sud), pendant que les douanes chinoises ont trouvé, avec le dossier des phtalates un moyen de « filtrer » les importations de vins étrangers, la viticulture française consacre une énergie surhumaine pour essayer de maintenir, pour quelques années seulement, le principe des droits de plantations !

La France gamberge et essaie de défendre ses acquis. L’Allemagne profite de la mondialisation des marchés pour être un acteur qui compte et comptera de plus en plus dans le monde du vin. Deux indices :
a) Le développement continu du salon PROWEIN (qui ouvre pour 3 jours ce dimanche à Dusseldorf),
b) L’Allemagne est devenu le premier importateur de vins en vrac et probablement le premier ré-exportateur !
Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé