Accueil / Viticulture / Viticulture : les alternatives au désherbage pour l'entretien du sol sous le rang de vigne

Viticulture : les alternatives au désherbage pour l'entretien du sol sous le rang de vigne

Par Alexandre Abellan Le 08 mars 2013
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Viticulture : les alternatives au désherbage pour l'entretien du sol sous le rang de vigne
l

« L'enherbement : oui. Les emmerdements : non ! », s'exclamait récemment un viticulteur bio à propos de la gestion du sol sous ses rangées de vigne. Alternative la plus connue au désherbage sous le rang (qu'il soit mécanique ou chimique), l'enherbement sous le rang peut en effet mener à des concurrences hydriques et minérales aussi importantes que gênantes. Dans leur article sur les innovations et perspectives pour l'entretien du sol sous le rang, Xavier Delpuech (Institut Français de la Vigne et du Vin), Pauline Garin et Eric L'Helgoualch (Chambre d'Agriculture du Vaucluse) reviennent sur les paramètres permettant de contrôler la disponibilité en eau et minéraux pour la vigne.

Selon l'espéce colonisant le sol et le taux d'enherbement, la concurrence azotée sera ainsi plus ou moins marquée. Durant des essais de « plantes à fort pouvoir couvrant et peu concurrentielles » en vallée du Rhône, le trèfle nain blanc était par exemple jugé trop concurrentiel, réduisant les bois de tailles, les rendements de raisins et les teneurs en azote assimilable des moûts. Sur le même terroir de Visan, l'enherbement naturel permettait de meilleurs résultats. Pour les chercheurs, « il est nécessaire de raisonner en fonction des parcelles et des contraintes », car « la solution unique n'existe pas ».

Il est en effet évident que le choix de l'enherbement (et de sa conduite) dépende de la parcelle même, et plus particulièrement de ses caractères pédo-climatiques. Parmi les alternatives étudiées par l'IFV et la CA84, le mulchage (ou paillis : couche protectrice sur le sol) a laissé perplexes les expérimentateurs. Traditionnellement réalisé avec des fragments de bois et écorce, le mulchage demande en effet des apports importants afin de créer une couche suffisament épaisse et efficace. Le coût de cette technique est un frein à sa généralisation, malgré un intérêt certain pour la protection du sol. L'utilisation de feutre pour les plantiers pourrait cependant être intéressante, comme l'utilisation de biomasse de la parcelle même (résidus de fauche). Egalement testé, le désherbage thermique présente un intérêt très limité, sauf (peut-être) dans le cas de fortes pentes.

 

Cliquer ici pour accéder à l'intégralité de cette étude.

 

Retrouvez une gamme de produits pour la vigne sur le salon virtuel de Vitisphere

 

[Illustration : dactyle et trèfle blanc, diaporama 2009 de Laure Gontier (IFV Sud-Ouest)]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé