Accueil / / Hérault : les chiffres et tendances clés du vin en vrac

Hérault : les chiffres et tendances clés du vin en vrac

Par Alexandre Abellan Le 17 octobre 2012
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Hérault : les chiffres et tendances clés du vin en vrac
q

"Le développement de la commercialisation des vins en vrac" était le thème de la quatorzième soirée de l'Observatoire Viticole de l'Hérault. Témoignant de l'intérêt de la filière languedocienne pour le développement des vins en vrac, plus de 150 spectateurs étaient présents dans les locaux de la société Jeanjean (filiale languedocienne d'Advini), qui hébergeait à Saint-Félix-de-Lodez ces échanges. Directeur de Jeanjean Languedoc, Sébastien Narjoud note "que la tendance à l'export est incontestablement au conditionnement sur le lieu de consommation. Jusqu'à présent le vrac était un métier historique de Jeanjean et on ne se posait pas de questions stratégiques : le principe était à la mise en région."

Directeur de l'Institut des Hautes Etudes de la Vigne et du Vin (Montpellier SupAgro), Hervé Hannin ajoute que "le mot d'ordre par le passé était d'assurer systématiquement sa valeur ajoutée par l'opération d'embouteillage. Mais les marchés du vrac rebattent ces cartes, se développant avec une mondialisation croissante des échanges  et de la consommation, tout en étant appuyée par les nouveaux rapports de force de la distribution, qui effectue une réelle pression de l'aval.Pour Rafael del Rey, directeur de l'Observatoire Espagnol des Marchés du Vin, "la maîtrise des marques et réseaux de distribution des vins en vrac est l'enjeu d'avenir majeur pour les pays producteurs. Bien sûr le vrac n'est pas une stratégie choisie, nous préférerions tous produires des bouteilles premium. Mais une réelle gestion du vrac permettra aux vignobles de ne pas devenir de simples fournisseurs de matière première" (pour en savoir plus, cliquer ici).

Olivier Zébic (consultant ZEBIC) dévoilait également les résultats de son étude pour une meilleure adaptation du vignoble héraultais à la commercialisation du vrac. Il rappelait que pour les 60 caves coopératives du département, les vins en vrac représentaient 90 à 95 % de leurs volumes vendus. "On en parle moins, mais il faut aussi savoir que le vrac est très utilisé par les 1 300 caves particulières de l'Hérault : 50 % de leurs volumes sont vendus en vrac, ce qui permet aux exploitations  particulières de respirer financiérement"  ajoute Olivier Zébic. Il ajoute que 60 à 70 % du vrac héraultais est traité par l'intermédiaire d'un courtier. Ce marché se caractérise par la revente : un hecto de vin en vrac peut être revendu 5 à 6 fois avant d'être embouteillé. "Avec les rendements moyens de l'Hérault, le prix de revient d'un hectolitre de vin est de 100 euros"  conclue Olivier Zébic

 

(Photo : camion citerne de vins vrac à Saint-Félix-de-Lodez, le 15 octobre 2012)

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé