Accueil / Politique / Portés par les marchés asiatiques, les vins de Bordeaux craignent un décrochage européen

Portés par les marchés asiatiques, les vins de Bordeaux craignent un décrochage européen

Par Alexandre Abellan Le 25 septembre 2012
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Portés par les marchés asiatiques, les vins de Bordeaux craignent un décrochage européen
L

ors de sa conférence de rentrée, le président du Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux (CIVB) Georges Haushalter* s’est peu attardé sur les vendanges bordelaises, confirmant juste la diminution de production (-20 % pour les vins blancs et -10 % pour les vins rouges). Il a préféré souligner la progression des expéditions de vins bordelais, « soutenue, en volume et en valeur sur l’ensemble des principaux pays clients ». Entre juillet 2011 et juillet 2012, il annonce en effet que « 2, 33 millions d’hectolitres de vins ont été exportés et que le chiffre d’affaires s’élève à 2, 29 milliards d’euros (+17  % en volume et +28 % en valeur) ». Lors du premier semestre 2012, les cognacs et bordeaux comptaient pour la moitié de la valeur des exportations de vins et spiritueux français (pour en savoir plus, cliquer ici).

Si « la conjoncture particulièrement porteuse sur le marché chinois a pris une importance décisive dans nos exportations », Georges Haushalter s’est montré préoccupé « par  le contexte économique qui ne laisse pas entrevoir un retour rapide à la croissance. Les ponctions sévères opérées sur le pouvoir d’achat des consommateurs européens, à la suite des différents plans de rigueur, se traduiront par un ralentissement des achats et un mouvement vers une gamme de prix plus basse. » Représentant 43 % des volumes de vins de Bordeaux commercialisés en France, le réseau des Grandes et Moyennes Surfaces est globalement resté stable sur cette période (1, 48 million d’hectolitres et 924 millions d’euros de chiffre d’affaires).

Le président du CIVB a tiré un bilan positif des actions et effets du Plan Bordeaux Demain, qu’il définit comme « un plan de développement en volume et en valeur autour de cette marque puissante qu’est Bordeaux ». Lancé en juillet 2011, le Plan Bordeaux Demain a permis pour lui d’obtenir « des résultats satisfaisants grâce à des mesures d’urgence », que ce soit pour les caves coopératives, l’oenotourisme ou la promotion des vins de Bordeaux. Georges Haushalter a notamment tenu a rappelé les engagements du CIVB pour le vrac, avec la mise en place d’un groupe dédié en son sein. Le CIVB a d’ailleurs révélé que, pour tous les millésimes, les cours du vrac de l’AOP régionale Bordeaux rouge se situait en fin de campagne à 948 euros le tonneau (+5,1 % par rapport à la précédente campagne).

 

* : négociant et Directeur Général de la maison de négoce Compagnie Médocaine des Grands Crus (Blanquefort) depuis 2002.

 

Photo : Agence Fleurie

Newest Flyers Can be Found On : FacebookGoogle+Twitter and Get Weekly Flyers App

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé