LE FIL

Languedoc

IGP et AOC se disputent le nom Béziers

Vendredi 22 juin 2012 par Michéle Tastavy

Languedoc : IGP et AOC se disputent le nom Béziers

IGP Coteaux de Béziers ou AOP Terrasses de Béziers ? Il semblerait que dans cet épineux dossier qui oppose les deux dénominations, la première ait pris une longueur d’avance. Une soirée de lancement a été organisée la semaine dernière à Béziers pour présenter les premières bouteilles de l’IGP Coteaux de Béziers, toute nouvelle dénomination, validée par l’INAO comme mention complémentaire de l’IGP Côtes du Libron.

L’affaire remonte à l’an dernier, lorsque les IGP de l’Hérault planchent sur le cahier des charges qu’ils doivent déposer avant le 30 juin 2011 à l’INAO. L’IGP Coteaux du Libron, situé dans la périphérie est de Béziers, souhaite profiter de ce nouveau cahier des charges pour changer de nom et prendre le nom de Coteaux de Béziers, une dénomination plus explicite pour situer l’aire de production. De leur côté, les producteurs d’AOC de cette même région ont le projet depuis 10 ans de faire reconnaître en appellation communale « Terrasses de Béziers », une partie de l’aire actuellement en AOC Languedoc. Un dossier de reconnaissance de ce terroir a été déposé fin 2010 à l’INAO, mais les procédures sont longues pour les AOC.

A ce jour, Terrasses de Béziers n’apparaît pas dans le cahier des  charges de l’AOC Languedoc. Le dossier IGP est, lui, déposé en avril 2011. Trop tard pour un changement de nom, indique l’INAO. Mais « Coteaux de Béziers » est acceptée comme mention complémentaire de l’IGP Coteaux du Libron et peut donc être utilisée pour les vins du millésime 2011. « C’est une querelle qui n’a pas lieu d’être, témoigne un directeur de cave de la région. Nous sommes tous à la fois producteurs d’IGP et d’AOP. La procédure IGP est beaucoup plus rapide et nous permet dès aujourd’hui d’utiliser le nom très porteur de Béziers. Pourquoi s’en priver et attendre la reconnaissance de l’AOC Terrasses de Béziers qui va prendre des années ? »

Pourtant les défenseurs de l’AOC Terrasses de Béziers ne désarment pas. « Depuis plusieurs années nous communiquons sur cette dénomination. Terrasses de Béziers apparaît dans notre documentation commerciale. L’appellation est identifiée sur les cartes du CIVL et apparaît dans ses documents promotionnels», plaide Anne-Laure Gauch du Domaine du Nouveau-Monde. L’affaire a été à nouveau évoquée début juin lors du dernier comité régional de l’INAO. « Nous allons à nouveau solliciter les instances nationales de l’INAO pour savoir comment gérer ce dossier. C’est une question transversale qui doit être traitée par le groupe de convergence IGP-AOC pour savoir comment traiter la réservation des noms d’indications géographiques », indique Jean-Benoit Cavalier, président de l’ODG Coteaux du Languedoc.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
RobertG Le 25 juin 2012 à 15:57:10
A caricaturer aucun de vous n'est crédibles. Pour un producteur ce n'est ni stérile ni fallacieux, mais pour le comprendre il faut avoir de la terre sous la semelle et une bouteille à son nom, dont on veut être fier. Et pour le fondamental, autant être fondamentaliste : une seule appellation pour toute la France et tous ses produits, au moins on gagnera en visibilité.
Tao Palawai Le 25 juin 2012 à 10:00:23
C'est un débat effectivement fondamental pour l'acheteur situé au fin fond du Texas .... qui ne sait déjà pas où se situe la France !
Norbert Le 24 juin 2012 à 11:02:41
"Terrasses de Béziers" ??? C'est l'AOC du syndicat des bistrots? Et H. Lalau a raison. On peut très bien partager un nom entre IGP et AOP. C'est le cas de Modène, notamment.
Hervé LALAU Le 22 juin 2012 à 07:34:28
Polémique stérile, qu'il gardent le nom tous les deux Il y a bien Gruyère IGP et Gruyère de Comté AOC/AOP et ça n'empêche personne de dormir. Petit rappel de la différence selon l'Europe: lien au terroir pour l'AOP, produit et savoir faire lié à un territoire pour l4IGP.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé