LE FIL

Phénols volatils

Inter Rhône propose une technique curative à l’OIV

Mardi 15 mai 2012 par Alexandre Abellan

Phénols volatils : Inter Rhône propose une technique curative à l’OIV

Les levures du genre Brettanomyces sont des levures de contamination des vins rouges en élevage. Ne rendant pas les vins impropres à la consommation, elles sont pourtant responsables de défauts organoleptiques majeurs. L’espèce Brettanomyces bruxellensis et sa forme sporulante (Dekkera bruxellensis) sont en effet capables de dégrader les acides phénols présents dans les baies de raisins en phénols volatils. Dans le vin, ces molécules donnent des odeurs particulièrement désagréables (écurie, cuir, caramel brûlé...), ainsi qu’une sensation d’amertume.

Les risques de contamination par Brett croissent avec les durées d’élevage. Pour Patrick Vuchot, responsable du département R&D Inter Rhone (voir photo), « ils sont également amplifiés par la tendance de réduction des interventions de filtration, de réduction des teneurs de sulfites, les orientations bio... On constate un fatalisme par rapport à la présence de phénols volatils dans les vins, comme si c’était une conséquence inévitable. Ces déviations levuriennes masquent pourtant la typicité des vins. Dans le cadre d’une logique de valorisation commune d’un vin d’appellation, c’est tout simplement inacceptable.»

Afin de corriger cette fatalité, Inter Rhône développe depuis 2006 une méthode curative avec le constructeur Bucher Vaslin. Ce procédé repose sur la mise en série de deux techniques membranaires : un système de nanofiltration et une colonne de charbon actif. La nanofiltration permet de ne travailler qu'avec un petit volume (le perméat) l'essentiel du vin restant dans la cuve. La colonne de charbon n’est pas sélective, mais les pertes de molécules d’intérêt se limitent à des esters. Comme le précise Patrick Vuchot, « on perd quelques arômes, mais l’essentiel n’est pas la concentration. Pour un vin contaminé par Brett, il s’agit de retrouver la perception du vin. Car au final au retrouve la complexité du vin, qui était masqué par les phénol volatils. Ce procédé n’a d’ailleurs pas de limite de traitement. Quelque soit la teneur en péhnols volatils, on réussit à obtenir un vin agréable au final. »

Actuellement, la technique n’est pas autorisée au niveau européen. Avec le soutien de la délégation française, Patrick Vuchot a proposé une résolution aux experts de l'Organisation Internationale de la vigne et du vin (OIV). Si la résolution est acceptée à l’unanimité par les experts des 27 pays membres de l’OIV, l’Union Européenne pourrait la reprendre dans sa législation. Suite à un consensus, le projet de résolution est actuellement en phase III (sur VIII). En mars 2013, un débat réunira tous les experts experts techniques afin de s’accorder sur des amendements à apporter.

 

* : l’enzyme vinyl-phénol réductase intervient dans la réduction d’un vynil-phénol (issu de la décarboxylation d’un acide cinnamique), ce qui produit un éthyl-phénol.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
tchoo Le 21 mai 2012 à 17:40:05
Certes Amandine, cela va sans dire et mieux en le disant. Toutefois le problème demeure et que je sache, les vins isssu de raisins en culture biologiques n'en sont exclus, loin de là. Pour en revenir à la technique, si j'ai bien compris, celle-ci consiste à diminuer en dessous du seuil de perception la teneur en phénols volatils en ne traitant qu'une petite partie du vin.
benoit Le 21 mai 2012 à 17:32:31
Les levures sont-elles seules à l’origine de la formation de phénols volatils ?
Jerome van der Putt Le 21 mai 2012 à 16:56:38
En effet les Bretts, ras le bol dans les vins les plus naturels possibles (et dans les autres aussi d'ailleurs). Mais bon, mettre en place des techniques intrusives de cette sorte, qui fait que les arômes les plus fins soient perdus, c'est la réponse adéquate pour les vins de grande distribution. Pour faire des vins disons ... acceptables au pire et agréables au mieux. Mais pour faire le vin que l'on boit avec délectation, et pour moi sans aucun intrant et avec la plus faible quantité de sulfites possibles: d'accord avec Amandine. Il vaut mieux avoir un raisin en bio, exempt de toute imperfection, des vendanges manuelles qui respectent le fruit, une hygiène de cave irréprochable et surtout un vrai savoir-faire. Alors on peut faire de la dentelle, des bouteilles qui se vident toutes seules, pour le plaisir. Mais il s'agit d'un autre produit.
Xavier Le 20 mai 2012 à 08:24:55
Amandine, Merci de remédier à vos défauts d'orthographe... ! Allez, au charbon ! Bien cordialement ! Xavier.
Amandine Le 18 mai 2012 à 11:29:26
L'oenologie ou toujours la fuite en avant! Plutot que de rémédier aux défaut, lnterhône devrait chercher à raisonner les traitemetns empêchants le développement des Brett : mieu vaut prévenir que guérir, surtout à coup de charbon!
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé